•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 18 juin 2021

Les temps sont durs pour les magasins de vente et de location de films

Futur incertain pour la vidéothèque du Spin-It

Publié le 18 juin 2021
Patrick Parisé dans son magasin, devant des étagères remplies de films.
Patrick Parisé est le propriétaire de la boutique Spin-It, à Moncton.PHOTO : Radio-Canada / Michel Nogue

La vidéothèque du magasin Spin-It à Moncton peine à survivre aux changements des habitudes de consommation provoqués par la pandémie. Le propriétaire Patrick Parisé s'est confié au journaliste Michel Nogue.

Au cours des 15 derniers mois, la boutique a vu ses revenus chuter de 20 % et son nombre d'employés réduit de 12 à 8. Certains produits comme les disques vinyles et les arcades ont toujours la cote, mais on ne peut en dire autant pour la vente et la location de films.

« Les gens qui venaient encore louer des films assez régulièrement se sont trouvés des nouvelles façons d'avoir leur cinéma. Ça fait depuis COVID, on perd de l'argent à louer des films. J'ai la tête dure, là. Ça fait j'essaie quand même de continuer. »

—  Patrick Parisé, propriétaire du Spin-It

Les films ne rapportent pas d'argent à sa boutique depuis quelques années. C'est un service qu'il maintient pour la communauté. Il considère important pour la scène culturelle de Moncton d'avoir une vidéothèque.

Pour s'adapter, M. Parisé a réduit son inventaire de films. Le Spin-It en compte désormais 30 000 au lieu de 40 000. Une partie de la section vidéo sera aussi remplacée par des arcades.

À savoir si la vidéothèque survivra à long terme, Patrick Parisé croit que la balle est dans le camp des cinéphiles de la région du Grand Moncton.

« Puis à voir si après COVID que les gens de Moncton sont encore intéressés de louer des films, puis d'avoir cette vidéothèque-là à leur disponibilité. Puis si je vois vraiment qu'ils ne le sont plus, ben là, je vais arrêter. »

—  Patrick Parisé, propriétaire du Spin-It