•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Une nouvelle approche pour briser le cycle de la violence familiale prend racine

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 20 mai 2021

Une nouvelle approche pour briser le cycle de la violence familiale prend racine

Offrir du logement pour briser le cycle de la violence familiale

Le poing menaçant d'un homme devant la silhouette d'une femme.
En offrant du logement abordable aux femmes victimes de violence conjugale, elles ont de meilleures chances à couper les ponts avec le conjoint abusif et à se bâtir une nouvelle vie.PHOTO : iStock
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 20 mai 2021

Pour les femmes victimes de violence conjugale, les maisons d'hébergement sont des lieux de répit mais seulement à court terme. Or une nouvelle approche gagne en popularité, en facilitant la transition entre le refuge et une nouvelle vie sans violence. Le journaliste Michel Nogue en a parlé avec deux directrices de maisons d'hébergement situées à Miramichi et à Tracadie.

Patricia Michaud est la directrice générale du Centre d’urgence pour femmes de Miramichi. Elle tente de recueillir 100,000 $ pour le projet Deuxième étape. L’objectif est de construire huit logements afin de loger les femmes qui quittent le Centre d’urgence après quelques semaines.

Ces unités aideraient à pallier le manque de logement abordable à Miramichi. En sortant de la maison d’hébergement, les femmes auraient ainsi un endroit où habiter au moins temporairement, pour gagner en autonomie et éviter de revenir à la situation de violence.

Quand elles sont dans la maison d'hébergement, c'est juste un mois. Puis ce n'est pas facile de rester là, parce qu'il y a juste une salle de bain. C'est comme une commune. Mais dans Deuxième étape, c'est un appartement pour la femme puis ses enfants, explique Patricia Michaud.

Celle qui travaille sur Deuxième étape depuis quatre ans est confiante que le projet verra le jour en 2021.

Des signes encourageants

Les attentes de Mme Boudreau semblent trouver des échos prometteurs dans l’expérience du Complexe de l’espoir de Tracadie, un programme de transition établi en 2019 par l’Accueil Sainte-Famille, une autre maison d'hébergement. Le Complexe de l’espoir offre six unités de logement. Une intervenante y offre aussi différents services pour aider les pensionnaires à se créer une nouvelle vie.

La directrice de l’Accueil Sainte-Famille, Nadia Losier, confirme qu’une approche à plus long terme, allant au-delà du refuge d'urgence, est cruciale pour apporter des changements durables.

On voit vraiment des résultats, se réjouit-elle. Par exemple, une femme qui n'avait jamais eu d'appartement seule. Là, ça fait le deuxième emploi qu'elle a. Elle travaille à plein temps. Elle était sur l'aide au revenu auparavant.

Plus largement, Nadia Losier espère qu’en offrant du logement abordable aux victimes, elles et leurs enfants couperont les ponts avec le conjoint abusif. Les enfants ne seraient donc plus exposés à la violence, et les comportements abusifs ne seraient pas transmis à la prochaine génération.