•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du lundi 10 mai 2021

Une microcertification pour pallier au manque de phlébotomistes

Manque de phlébotomistes : nouvelle formation de 8 semaines

Publié le 10 mai 2021
Une prise de sang.
Certaines personnes se réjouissent d'un nouveau programme de huit semaines visant à former plus rapidement des phlébotomistes. D'autres s'inquiètent des répercussions sur le statut professionnel et salarial des assistants de laboratoire médical, qui possèdent 40 semaines de formation.PHOTO : Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick n'a pas assez de phlébotomistes, c'est-à-dire des professionnels de la santé qui peuvent administrer des prises de sang. Le réseau de santé Vitalité a trouvé une solution, mais celle-ci ne plaît pas à tout le monde.

Jusqu’à maintenant, il fallait suivre une formation de 40 semaines avant de devenir assistant de laboratoire médical. Ce bagage était requis pour pouvoir s’occuper des prises de sang.

Pour pallier la pénurie de main-d'œuvre dans ce domaine, le réseau Vitalité et le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) ont mis sur pied un programme de formation accéléré de huit semaines. Les personnes ainsi formées pourront ensuite travailler dans les cliniques de phlébotomie de Vitalité.

Le représentant national au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) à Dieppe, Denis Brun, déplore que son organisation n'ait pas été consultée.

On a appris l'information en même temps que les gens de Vitalité ont eu un genre de mémo qui a sorti. [...] Puis c'est nous autres qui est l'agent de négociation pour ces employées-là. Donc de là, on voit ça comme une problématique, explique le représentant syndical.

M. Brun se demande également si les gens issus de cette formation de 8 semaines gagneront un salaire comparable à celui des phlébotomistes qui ont été formés 40 semaines, soit 5 fois plus longtemps.

Julie Cyr est doyenne de l’École de santé et des services communautaires et directrice du campus de Campbellton du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick. Pour elle, ce nouveau programme serait plutôt la voie de l’avenir. Elle y voit la possibilité de répondre à la pénurie de main d’oeuvre tout en rendant la formation plus accessible.

Je vous dirais que c'est une grande innovation. Puisque maintenant on est capable d'aller cibler une tâche spécifique. Et on donne l'accès à des gens qui ne pourraient pas potentiellement se permettre d'accéder à une formation de longue durée , affirme-t-elle.

Une quinzaine d’étudiantes entament ce nouveau cours à la fin-mai. Il sera offert gratuitement en ligne.