•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Agriculture et environnement : faut-il réduire l'usage d'engrais azotés?

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mardi 9 août 2022

Agriculture et environnement : faut-il réduire l'usage d'engrais azotés?

Agriculture et environnement : faut-il réduire l'usage d'engrais azotés?

Jean-Eudes Chiasson.
Jean-Eudes Chiasson.PHOTO : Radio-Canada
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 9 août 2022

Dans sa lutte pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement fédéral étudie la possibilité d'obliger les agriculteurs canadiens à réduire leur utilisation d'engrais azotés de 30 % d'ici 2030.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante rejette cette idée et croit qu'elle contribuerait à réduire le rendement des agriculteurs déjà grandement affectés par le prix du carburant et l'inflation.

En fait, 72 % des agriculteurs croient que réduire l'utilisation d'engrais azotés nuirait au rendement de la production alimentaire locale selon des données de la fédération.

D'après Jean-Eudes Chiasson, vice-président et agriculteur à La coopérative ferme terre partagée, à Rogersville au Nouveau-Brunswick, ce genre d'engrais favorise la croissance rapide de plusieurs légumes, comme le chou de Bruxelles.

« On peut comprendre pourquoi on veut réduire ça parce que la fabrication d'engrais azotés elle demande une consommation d'énergie faramineuse. Ce qui est un peu difficile pour les agriculteurs, c'est qu'on demande aux agriculteurs de réduire l'utilisation d'engrais qui va réduire par le fait même le niveau de production, mais au niveau international on continue d'accepter des produits qui viennent d'ailleurs qui eux n'auront pas à être réduits. »

— Une citation de  Jean-Eudes Chiasson, agriculteur

Jean-Eudes Chiasson explique, au micro de La matinale, les impacts que pourrait avoir la réduction de ce type d'engrais si jamais le gouvernement fédéral va de l'avant.