•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Critiques envers Vitalité : la Société médicale du N.-B. réagit

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mardi 5 juillet 2022

Critiques envers Vitalité : la Société médicale du N.-B. réagit

Critiques envers Vitalité : la Société médicale du N.-B. réagit

Michèle Michaud en entrevue par vidéoconférence.
La Dre Michèle Michaud, médecin de famille à Edmundston et membre du conseil exécutif de la Société médicale du Nouveau-Brunswick (capture d'écran). PHOTO : Radio-Canada
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 5 juillet 2022

Alors que de nombreuses voix s'élèvent en ce qui a trait à la gestion du Réseau de santé Vitalité ces derniers jours, la Société médicale du Nouveau-Brunswick affirme s'inquiéter surtout de la situation entourant la pénurie de personnel.

La Dre Michèle Michaud, présidente de la société qui représente les médecins au Nouveau-Brunswick, avance que la situation sera compliquée pour tout le monde, incluant le Réseau de santé Horizon, tant qu'on n'a pas réglé la question du recrutement, de la qualité de vie et de l'engorgement du système.

« La pandémie ne fait qu'accentuer le problème. On a un personnel qui, comme vous le savez, est épuisé par les dernières années. Ça force des réductions de services, des réductions des heures dans certaines cliniques, des absences prolongées, des congés de maladie et des fermetures de pratique ou des départs à la retraite qui ne sont pas prévus et précoces dans la province. Ce sont toutes des choses auquel notre système fait face actuellement et qui sont inquiétantes. »

— Une citation de  La Dre Michèle Michaud, présidente de la Société médicale du N.-B.

La Dre Michaud soutient également que les nouveaux médecins sont à la recherche d'une qualité de vie et d'un équilibre travail-famille

Cette semaine, des Acadiens influents, dont l'ancien président-directeur général du Réseau de santé Vitalité, ont signé une lettre dans laquelle ils dénoncent un climat de travail malsain dans le réseau et une loi du silence.

La présidente de la société médicale soutient que tous les médecins ont le droit de parler ou de ne pas le faire et que ça appartient à eux et à leur situation personnelle.