•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

COVID-19 : l'analyse des tests de dépistage avec le Dr Richard Garceau

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 13 avril 2022

COVID-19 : l'analyse des tests de dépistage avec le Dr Richard Garceau

Le Nouveau-Brunswick dans la 6e vague selon le Dr Richard Garceau

Le Dr Richard Garceau, le 6 novembre 2020, par webcam.
Le Dr Richard Garceau, le 6 novembre 2020.PHOTO : Radio-Canada
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 13 avril 2022

Le D Richard Garceau, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, croit que nous en sommes déjà la sixième vague de COVID-19 au Nouveau-Brunswick. Son laboratoire est responsable de dépister la maladie dans la province.

Oui, selon moi, nous sommes vraiment dans la sixième vague, a affirmé Richard Garceau en entrevue à La Matinale, mercredi matin.

Il n’y a pas eu de baisse très marquée [de cas positifs]. Il y a beaucoup d’absentéisme dans les hôpitaux et dans le personnel des foyers de soins. Ces employés attrapent la COVID-19 dans la communauté et non au travail. Ça me fait dire que le virus se promène beaucoup, a analysé le Dr Garceau.

Les récentes données du ministère dont état de 7734 cas positifs dans la semaine du 3 au 9 avril. De ce nombre, près de 4000 viennent de tests PCR.

Nous avons pas mal d’action. Nous recevons une bonne quantité d’échantillons chaque jour. On est pas mal occupé, admet le spécialiste, qui croit toujours à l’efficacité des tests rapides.

Le Dr Garceau estime qu'environ la moitié des cas de la dernière semaine sont dû au variant Omicron ou ses sous-variants.

2 doses de vaccin, plus suffisant

La santé publique du Canada estime que deux doses de vaccin ne sont plus suffisantes pour se protéger de la COVID-19.

Au Nouveau-Brunswick, la deuxième dose de rappel sera distribuée aux personnes âgées de 50 ans et plus dès mardi prochain. Les gens pourront se la procurer dans les pharmacies. Cependant, cinq mois doivent s'être écoulés depuis l’administration de la première dose de rappel. Pour les gens qui ont contracté le virus, il est recommandé d’attendre trois mois après l’infection.

La troisième dose a fait une grosse différence parce qu’après de six à huit mois, la protection des deux premières doses diminue contre les hospitalisations et les infections sévères, est convaincu le microbiologiste et infectiologue. Quand on reçoit la troisième dose, ça augmente notre protection contre les infections sévères et les hospitalisations. C’est le but même de la vaccination. La quatrième dose va faire la même chose.

Des tests de dépistage à Pâques

Les Néo-Brunswickois auront accès à des tests de dépistage rapide de la COVID-19 lors du long week-end de Pâques, a précisé le ministère de la Santé, mercredi.

Des séances de distribution auront lieu le Vendredi saint et le lundi de Pâques dans plusieurs régions : Moncton, St. Stephen, Sussex, Saint-Jean, Fredericton, Edmundston, Campbellton, Bathurst et Miramichi. Le site de Woodstock sera ouvert le lundi uniquement.

La santé publique demande que ces tests soient réservés aux personnes présentant des symptômes de la COVID-19, conformément aux exigences de dépistage adoptées en janvier.