•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Deux ans depuis notre 1ère entrevue sur le coronavirus

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du lundi 24 janvier 2022

Deux ans depuis notre 1ère entrevue sur le coronavirus

Il y a deux ans, une première entrevue sur le coronavirus

Un homme dans un studio parle à un micro.
Le Dr Richard Garceau est microbiologiste-infectiologue au CHU Dumont. PHOTO : Radio-Canada / Patrick Lacelle
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 24 janvier 2022

Il y a deux ans, le Dr Richard Garceau, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont parlait pour la première fois du nouveau coronavirus au micro de Martine Blanchard à La matinale. Le 24 janvier 2020, il n'y avait que cinq personnes en observation au Canada. Aujourd'hui, au pays, on compte plus de 285 000 cas actifs de COVID-19.

Le laboratoire du Dr Garceau est au centre du processus de dépistage de la COVID-19 au Nouveau-Brunswick. Depuis le début de la pandémie, le laboratoire est devenu plus grand, de l’équipement a été acheté et du personnel a été ajouté.

« Je ne pensais pas que ça allait prendre cette proportion-là. Au début, je pensais que ça allait être quelque chose de local ou de régional en Chine, un peu comme d’autres virus respiratoires qu’on voit là-bas parfois dans des marchés et tout ça. Vous voyez, j’ai eu tort parce que là c’est mondial. »

— Une citation de  Le Dr Richard Garceau

La pandémie et les restrictions sanitaires sont bien difficiles pour la population en général. Toutefois, d’un point de vue scientifique, ça peut être motivant. Le Dr Garceau a pu voir un jeune membre de son équipe, le Dr Guillaume Desnoyers, spécialiste microbiologiste moléculaire, inventer le test de dépistage qui est aujourd’hui utilisé au Nouveau-Brunswick.

C’était pas mal tranquille ce qui se passait au Nouveau-Brunswick, mais depuis la COVID ça occupe beaucoup de mon temps si ce n’en est pas l’essentiel, a indiqué le Dr Garceau.

Le laboratoire du CHU Dumont analyse de 2000 à 3000 tests quotidiennement.