•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le point sur la pandémie au N.-B. avec la Dre Jennifer Russell

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du lundi 27 septembre 2021

Le point sur la pandémie au N.-B. avec la Dre Jennifer Russell

La Dre Jennifer Russell répond aux questions du public

La médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell.
La médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell lors de la conférence de presse du 20 septembre 2021. PHOTO : Radio-Canada
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 27 septembre 2021

Depuis samedi matin, le Nouveau-Brunswick est de retour à l'état d'urgence. La vaccination, les masques, les bulles et les frontières, les nouvelles directives sont nombreuses. La médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Jennifer Russell, a répondu aux questions du public au micro de Martine Blanchard.

D’emblée, la Dre Russell a rappelé que la vaccination reste la priorité au Nouveau-Brunswick. La cible à atteindre est de 90% de la population admissible ayant reçu deux doses d’un vaccin contre la COVID-19. Cette statistique était à un peu plus de 79 % dimanche.

Cependant, pour que les restrictions sanitaires soient allégées au Nouveau-Brunswick, il faut réduire la pression sur le système de santé. Pour que l’état d’urgence soit levé, il faudrait que moins de 10 personnes soient hospitalisées en raison de la COVID-19.

La pression et le stress sur le système ont vraiment commencé quand on est allé en haut du nombre de 10 cas hospitalisés, a précisé la Dre Russell.

Dimanche, 33 personnes étaient hospitalisées, dont 15 étaient aux soins intensifs.

« C’est très clair que les gens qui ne sont pas vaccinés ont une chance d’être hospitalisés 15 fois plus élevée que les autres. »

—  La Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du N.-B.

C’est par ailleurs en partie pourquoi les gens doublement vaccinés n’ont pas besoin de s’isoler lorsqu’ils entrent au Nouveau-Brunswick.

On sait que les gens qui transmettent la COVID et qui sont doublement vaccinés, c’est d’une intensité bien plus basse que les gens qui ne sont pas vaccinés. On sait que la durée que le temps où ils peuvent transmettre la maladie est moins longue aussi, a-t-elle expliqué.

Le 30 juillet, le Nouveau-Brunswick est passé à la phase verte mettant fin à presque l’ensemble des restrictions en matière de santé publique. La Dre Russell a assuré qu’elle prendrait la même décision si c’était à refaire avec l’information qui était disponible à ce moment précis.

Avec l’épidémiologie. Avec l’information qu’on a. On regarde les autres pays. On regarde les autres provinces. Et, on prend toutes ces informations avec la balance avec les gens et leur santé mentale, la société, la capacité des gens de continuer à suivre et comprendre les directives de santé publique, a indiqué la Dre Russell.

État d’urgence ou non, la médecin hygiéniste en chef a tenu à rappeler que tout le monde au Nouveau-Brunswick continuera à recevoir des soins de santé, et ce, peu importe le statut vaccinal.

C’est vraiment important que toutes les personnes comprennent que le système de santé sert tout le monde, les vaccinés et les non-vaccinés. Si vous avez une crise cardiaque ou si vous avez un accident d’auto, on aura toujours les services de soins intensifs nécessaires. C’est à toute la province de travailler ensemble pour éviter que la situation empire, a-t-elle déclaré.

Les nouvelles restrictions entrées en vigueur samedi matin pourraient donner des résultats d’ici deux semaines selon la Dre Russell.