•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Travail sécuritaire N.-B. prône un retrait progressif des mesures sanitaires

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 30 juillet 2021

Travail sécuritaire N.-B. prône un retrait progressif des mesures sanitaires

Travail sécuritaire NB prône un retrait progressif des mesures sanitaires

Un travailleur qui porte un masque.
Les employeurs peuvent exiger certaines mesures à leurs employés, comme le port du masque.PHOTO : Radio-Canada / Andrew Lee
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 30 juillet 2021

Alors que le Nouveau-Brunswick passe à la phase verte et abandonne l'arrêté obligatoire d'urgence concernant la COVID-19 dans la nuit de vendredi à samedi, Travail sécuritaire NB rappelle aux employeurs qu'ils doivent prendre toutes les précautions nécessaires pour maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire.

Il y a plus d’un an, le gouvernement provincial a déclaré l’état d’urgence et exigé que tous les entreprises et commerces soumettent un plan opérationnel dans le cadre de la pandémie. Dès samedi matin, ce plan ne sera plus nécessaire. Travail sécuritaire recommande néanmoins aux employeurs de garder certaines de ces mesures en place.

L’arrêté obligatoire n’est plus là. Il y a plusieurs choses qui ne sont plus obligatoires, comme porter le masque en public. Il y a plusieurs de ces choses-là qui peuvent être encore une bonne idée de garder en place, a expliqué Éric Brideau, directeur adjoint chez Travail sécuritaire.

M. Brideau rappelle que les changements peuvent créer beaucoup d’anxiété. Il y aura des gens qui voudront retirer immédiatement tout ce qui était exigé par l’arrêté obligatoire d’urgence et d’autres qui vont craindre pour leur sécurité.

Il y aura quand même ces deux types de personnes qui seront dans vos milieux de travail, a souligné M. Brideau.

Même si les mesures comme le port obligatoire du masque ne seront plus exigées par la santé publique, le virus, lui, court toujours. Les entrepreneurs devraient donc être prêts à mettre en oeuvre des mesures supplémentaires advenant une remontée de la COVID-19 dans la province.

L’organisme recommande donc de garder des postes de lavage des mains, d’avoir du désinfectant à la disposition des employés et d’appuyer les travailleurs qui font leur boulot à la maison lorsqu’ils ont des symptômes, entre autres.

Si ça ne vous dérange pas trop, pourquoi l’enlever?, a avancé M. Brideau parlant des mesures de prévention d’infection.

Comme ils le font pour le port des lunettes de protection, de casque ou de bottes spécialisées, les employeurs peuvent exiger certaines mesures, comme le port d’un masque, chez leurs employés afin d’offrir un milieu de travail sain. L’employeur peut aussi encourager la vaccination, mais il est plus difficile de l’exiger ou de poser la question à un employé.

Je ne pense pas qu’un employé soit obligé de répondre à cette question, a dit M. Brideau.

En somme, Travail sécuritaire NB recommande aux employeurs de « garder en place certaines mesures de votre plan opérationnel actuel, en particulier celles qui n’ont pas d’effet négatif sur les activités ».