•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

6 minutes pour la terre  :  les voitures électriques

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 15 juillet 2021

6 minutes pour la terre  :  les voitures électriques

Conduire une voiture électrique au Nouveau-Brunswick

Une voiture électrique sur le bord de la mer.
La Tesla de Johanne Thériault a une autonomie d'environ 750 km. PHOTO : Gracieuseté/Johanne Thériault
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 15 juillet 2021

Le gouvernement provincial au Nouveau-Brunswick a récemment annoncé un programme d'incitation à l'achat d'une voiture électrique ou hybride. Conduire un véhicule électrique dans une province très rurale, ça se passe comment au juste?

Johanne Thériault est propriétaire d’une Tesla depuis mars 2020. Elle roule de 1000 à 1500 km par semaine au volant de sa voiture électrique pour son travail dans la région Chaleur et la Péninsule acadienne.

Une fois pleinement chargée, sa voiture de luxe a une autonomie de 700 km. En principe, elle peut donc voyager loin au volant de sa Tesla, mais il faut aussi prendre en compte plusieurs autres facteurs.

L’été, on a les zones de construction dans lesquelles ont peut être en arrêt quelques minutes voire une heure. L’hiver, la capacité de l’autonomie diminue grandement. Donc, en hiver, j’ai peut-être 530 km d’autonomie, a expliqué Mme Thériault en entrevue à La matinale.

Cependant, il y a plusieurs bénéfices en hiver aussi. Par exemple, la voiture démarre toujours et la température est toujours confortable. Il est même possible de programmer ses départs en utilisant une application pour téléphone intelligent.

« Habituellement, les voitures à essence, il faut les partir à distance, 15 ou 30 minutes avant. Les réchauffer. Et quand on embarque dans la voiture, c’est encore froid. Moi, je n’ai pas ce problème-là. »

—  Johanne Thériault

Recharger sa voiture n’apporte pas de problème dans ses déplacements. Il faut quand même changer ses habitudes de consommation comparativement à une voiture à essence.

Je n’ai aucun regret, a-t-elle affirmé.

Même si elle peut prendre un café et faire quelques appels en plus d’envoyer des courriels le temps que sa voiture recharge, le réseau d’Énergie NB doit encore être amélioré selon Mme Thériault.

Il reste encore beaucoup de progrès à faire pour les bornes de chargement offertes par Énergie NB. La disponibilité, leur application mobile, l’emplacement des bornes et le service à la clientèle doivent être améliorés si on veut accueillir plus d’utilisateurs sur ce réseau, a ajouté Mme Thériault par courriel.

Un véhicule électrique est plus cher à l’achat qu’un véhicule à essence ordinaire. Le prix de base d’une Tesla est de 53 000 $ et peut facilement surpasser les 100 000 $ selon les options. Selon Mme Thériault, l’automobiliste épargne cependant gros en entretien puisqu’il n’y rien qui baigne dans l’huile et qu’il n’y a que les pneus à changer.