•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 9 juin 2021

Tuerie d'une famille musulmane en Ontario  :  des échos au N.-B.

Attaque de London : « Il faut que ça arrête »

Publié le 9 juin 2021
Les quatre victimes mortes dans l'attaque posaient il y a quelque temps pour une photo de famille dans un parc.
De gauche à droite, les 4 victimes tuées dans l'attaque de dimanche à London : Yumna Afzaal, 15 ans, sa mère, Madiha Salman, 44 ans, sa grand-mère paternelle, Talat Afzaal, 74 ans, et son père, Salman Afzaal, 46 ans.PHOTO : Photo fournie par la famille Afzaal

Dimanche soir, à London en Ontario, une famille est décimée lors d'une attaque motivée par la haine. Quatre membres de la famille Afzaal sont tués, un garçon âgé de 9 ans a survécu, mais est grièvement blessé.

Alors que la police de London considère porter des accusations de terrorisme contre l’auteur présumé de la tragédie, le drame ébranle les communautés musulmanes partout au pays, jusqu’en Atlantique.

C’est un choc. C’est vraiment un choc. Tu regardes ça et tu essaies de comprendre pourquoi. Qu’est-ce que ces gens ont fait pour mériter un tel sort?, dit Moncef Lakouas, président du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick.

Dans la douleur, il pense à l’enfant qui a survécu.

Comment expliquer ça à un enfant de 9 ans que sa famille n’est plus là, confie-t-il.

Moncef Lakouas, président du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick.

Moncef Lakouas, président du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick.

Radio-Canada

Les manifestations pour condamner la haine se multiplient et les hommages à la famille se succèdent. Même si ces actes sont dénoncés aujourd’hui, les musulmans ne veulent plus être constamment sur leurs gardes.

Il faut que je sois honnête. On se réveille. Il y a ces nouvelles-là. On présente les condoléances, on passe à travers et on reprend la routine, avoue M. Lakouas.

On devient quasiment habitué à ce genre de choses. Il faut que ça arrête. On parle d'individus. On parle de vies humaines. Ce sont des êtres humains. Ils n’ont rien fait. Ils ont juste pratiqué une différente religion, a-t-il ajouté.

Les musulmans ne sont pas là pour terroriser le monde. Ce sont des gens simples comme moi, comme n’importe qui d’autre, conclut l’homme de foi musulmane.

Nathaniel Veltman, 20 ans, de London, a été accusé de quatre meurtres au premier degré et de tentative de meurtre.