•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Louanne Boudreau veut faire connaître la réalité des infirmières

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 19 mai 2021

Louanne Boudreau veut faire connaître la réalité des infirmières

Pénurie d'infirmières : « on met les patients en danger »

Une infirmière dans une salle d'opération.
Il y a environ 700 postes vacants d'infirmières au Nouveau-Brunswick. Il en résulte une surcharge et des conditions de travail difficiles, voire dangereuses, selon l'infirmière Louanne Boudreau.PHOTO : Getty Images / gpointstudio
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 19 mai 2021

La pénurie et la surcharge de travail des infirmières au Nouveau-Brunswick créent un milieu qui n'est pas sécuritaire ni pour le personnel soignant, ni pour les patients. C'est l'avis exprimé par Louanne Boudreau, infirmière, en entrevue à La matinale.

Louanne Boudreau est infirmière de profession depuis 1994. Elle est en congé prolongé depuis quelques années pour des raisons de santé.

Dans une vidéo (en anglais) (Nouvelle fenêtre) qui a été partagée des centainnes de fois dans les médias sociaux, elle dénonce les conditions de travail que les infirmières et infirmiers doivent endurer au quotidien. Les témoignages n’ont pas tardé à affluer dans sa boîte de messagerie, exprimant selon elle la frustration, la peine, la détresse de ses collègues.

Au micro de Martine Blanchard, elle rappelle que les infirmières sont épuisées physiquement, émotionnellement, mentalement depuis des années. La pandémie aurait ainsi amplifié un problème préexistant.

« Les soins de santé sont en crise présentement dans la province. [...] Pour expliquer au public, je compare ça à un feu. Les pompiers sont appelés et il n’y en a qu’un qui arrive. Ce serait inacceptable! Mais pourquoi on accepte ça pour nos infirmières et nos infirmiers? Ils ne sont pas assez pour faire le travail. »

— Une citation de  Louanne Boudreau, infirmière

En plus du stress et de la fatigue issus de la surcharge, Mme Boudreau croit que la situation pose des risques de sécurité pour le personnel soignant comme pour les patients. Elle dénonce une pratique qui consiste à affecter des infirmières à des unités ou des départements avec lesquel elles ne sont pas familières, du jour au lendemain, sans la formation requise.

Ce n’est pas parce que tu es infirmière que tu vas connaître toutes les spécialités, que tu vas te sentir à l’aise de soigner tous les patients. Encore là, on met les patients en danger. On met l’infirmière en danger, explique-t-elle.

On dénombre 700 postes vacants d’infirmières et infirmiers au Nouveau-Brunswick à l’heure actuelle.

D’après Louanne Boudreau, pour favoriser le recrutement et la rétention de la main-d'œuvre, la province devrait garantir plus de temps de vacance, des horaires qui n'imposent pas d'heures supplémentaires et des salaires compétitifs avec ceux des autres provinces. Elle ajoute qu’un environnement de travail sécuritaire ne devrait pas être présenté comme un incitatif, mais bien comme un droit fondamental.