•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du lundi 17 mai 2021

Un ancien PDG craint pour l'avenir du Réseau de santé Vitalité

Un ancien PDG craint pour l'avenir du Réseau de santé Vitalité

Publié le 17 mai 2021
Rino Volpé en entrevue.
Rino Volpé a été PDG du réseau de santé Vitalité en 2013-2014.PHOTO : Radio-Canada

Le propos de la présidente-directrice générale du réseau de santé Vitalité, France Desrosiers, continue de faire réagir.

Alors qu’elle défendait, la semaine dernière, la décision de faire appel aux hôpitaux anglophones pour assurer des soins normalement offerts dans des hôpitaux francophones, Mme Desrosiers a avancé que « langue ne compte plus » lorsqu’il est question de la sécurité des patients.

De plus, la présidente du Syndicat des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick, Paula Doucet, a demandé au gouvernement d’envisager la fusion de certains services des deux hôpitaux à Moncton pour répondre à une grave pénurie d’infirmières. Le premier ministre Blaine Higgs appuie l’idée de la présidente.

L’ancien président-directeur général de Vitalité, Rino Volpé, a été appelé à réagir à ces propos lundi matin.

Supposons que demain matin vous annoncé au citoyen de la ville de Saint-Jean qu’à partir de cette journée que la moitié des employés du St John Hospital qui seront des francophones unilingues. Qu’est-ce que vous pensez qui va arriver? Ils vont se révolter, lancé M. Volpé.

Paula Doucet estime qu'il y a 700 postes vacants d'infirmières au Nouveau-Brunswick.

M. Volpé Pointe à un problème de gestion pour la pénurie de personnel. Il a été PDG en 2013 et 2014.