•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 7 avril 2021

Un lien pour avancer  :  le projet communautaire de Patrick McGraw

Un lien pour avancer : le projet communautaire de Patrick McGraw

Publié le 7 avril 2021
Patrick McGraw dans un studio de radio.
L'ancien prêtre Patrick McGrawPHOTO : Radio-Canada

Patrick McGraw n'est plus prêtre. Il aide cependant toujours son prochain en travaillant pour le Centre de bénévolat de la Péninsule acadienne.

Ce n’est plus Patrick le prêtre, c’est le Patrick qui est là lui-même avec ses idées, ses convictions et avec ce qu’il porte comme il est vraiment, confie l’Acadien en entrevue à La matinale mercredi matin.

L’ancien homme d’Église s’active maintenant à aider sa communauté grâce à un projet qui a commencé avec l'objectif d'offrir un appui émotionnel aux proches aidants des victimes de la COVID-19.

Le projet est bien accueilli et fait boule de neige dans la Péninsule acadienne. Les dirigeants du centre s’attendaient à pouvoir appuyer 700 personnes, mais plus du double ont reçu du soutien, selon M. McGraw.

On n’ose pas toujours dire ce qu’on vit parce que nous sommes tous dans le même bateau, note celui qui est maintenant intervenant communautaire.

Poser la question : comment va le moral? Tout de suite, ça parle. On réalise qu’il y a bien des affaires qui sortent, ajoute-t-il.

La vie de Patrick McGraw a basculé en novembre lorsque le diocèse de Bathurst a affirmé avoir renvoyé le prêtre à la suite d’une allégation sérieuse d’inconduites sexuelles. Il s’est ensuite avéré que les comportements de M. McGraw étaient totalement légaux en société.

Il a lui-même avoué avoir connu une période sombre et même pensé au suicide.

« Dire que tout va bien et que tout est super, ce serait faux. Ça va quand même correct. J’arrive à passer à travers la tempête. Je suis moi-même bien accompagné. »

—  Patrick McGraw

Ce sont des gens autour de lui qui l’ont entre autres aidé à faire le deuil de son ancienne vie.

C’est un deuil immense à passer. J’ai laissé toute une vie, tout un milieu. J’ai trouvé du travail. J’ai trouvé des gens extraordinaires pour passer à travers ce moment difficile. C’est encore pénible. Le coeur est encore très triste, mais je me sens beaucoup mieux, indique l'Acadien.

L’ancien prêtre travaille encore à remonter la pente. Il n’est pas encore prêt à partager sa version des faits, mais il affirme que ce jour viendra. Il est maintenant à l’écriture et le tout commence à prendre forme.

Je veux laisser le temps de faire les choses. J’ai besoin de me guérir et de me sentir vraiment solide, précise M. McGraw.

Pour plus de renseignements sur le Centre de bénévolat de la Péninsule acadienne et ses programmes, on peut composer le 506 727-1860 ou visiter le cbpa.ca (Nouvelle fenêtre).

Pour demander de l’aide

Si vous avez des idées suicidaires, les lignes d'écoute apportent du soutien précieux.

« Partager vos pensées et vos sentiments peut réduire votre stress et vous apporter un soulagement, explique le Service de crises du Canada. Si vous éprouvez des difficultés, nous sommes là pour vous aider. Nous ne jugerons pas et nous n’ignorerons pas vos sentiments. »

Pour joindre la ligne d’écoute du Service de crises du Canada, composez le 1-833-456-4566.

Au Nouveau-Brunswick, il y a aussi la ligne d’écoute Chimo, au 1-800-667-5005.