•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 25 février 2021

Vaccination contre la COVID-19  :  le Dr Richard Garceau répond à vos questions

Recevoir ou pas le vaccin contre la COVID-19, un spécialiste répond à vos questions

Publié le 25 février 2021
Une personne âgée reçoit une dose de vaccin contre la COVID-19.
Une personne âgée reçoit une dose de vaccin contre la COVID-19. PHOTO : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Doit-on se faire vacciner contre la COVID-19? Dans la majorité des cas, « les bénéfices sont plus grands que les risques », selon le Dr Richard Garceau, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont.

La cadence de vaccination doit s'accélérer dans les prochaines semaines alors que le Nouveau-Brunswick prévoit passer à la phase deux de son plan d'ici le début du mois d'avril. Cette phase comprend entre autres les personnes âgées de 70 ans et plus. Plusieurs personnes attendent le vaccin avec impatience. Plusieurs se demandent quand viendra leur tour, mais aussi quels sont les risques?

Il y a plusieurs catégories de patients chez qui ce n’est pas clair, indique le Dr Garceau s’exprimant sur les possibles contre-indications pour le vaccin.

Un homme dans un studio parle à un micro.

Le Dr Richard Garceau est microbiologiste-infectiologue au CHU Dumont.

Radio-Canada / Patrick Lacelle

Essentiellement, à part chez les enfants, on peut dire que le vaccin est sécuritaire pour pas mal tout le monde. Par exemple, si quelqu’un est allergique aux œufs, il peut recevoir le vaccin contre la COVID parce qu’il n’y a pas d'œufs dans le vaccin. Il n’est pas fait comme le vaccin de la grippe, a-t-il précisé en entrevue à La matinale jeudi matin.

Cependant, selon le microbiologiste-infectiologue, il y a une allergie particulière à prendre en compte pour certains patients. Les gens qui prennent du PEG, une substance utilisée en médecine pour plusieurs choses, dont la constipation, doivent faire attention puisque le PEG est utilisé dans le vaccin « pour augmenter son efficacité ».

« Par contre, lorsqu’on consulte les études, le nombre de réactions allergiques graves, c’est à peu près une par 200 000 doses, si ce n’est pas même un peu moins que ça. Ce n’est pas beaucoup. »

—  Le Dr Richard Garceau

S’il y a une réaction allergique, elle est normalement rapide et se produit de 15 à 30 minutes après avoir été inoculée.

Est-ce qu’une femme enceinte peut recevoir le vaccin?

Idéalement oui, répond le Dr Garceau citant l’Association canadienne d’obstétrique et de gynécologie.

Chez les femmes enceintes et allaitantes, on pense que les bénéfices de recevoir le vaccin sont plus grands que les risques théoriques d’avoir la maladie. La maladie peut être sévère chez la femme enceinte et causer des accouchements prématurés, a-t-il expliqué

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Si on a déjà eu la COVID-19, doit-on se faire vacciner?

C’est dans les recommandations officielles. Si on a déjà eu la COVID on peut se faire vacciner, mais il faut attendre d’être redevenu bien et de ne plus être contagieux, a dit le Dr Garceau.

Si on vit avec une maladie auto-immune ou chronique comme le Crohn ou l’asthme, peut-on recevoir le vaccin?

Dans les études, ils ont accepté ces patients-là, mais ils ont accepté ceux qui étaient stables. Par contre, il y a une étude qui est sortie hier dans le New England Journal of Medecine où le pays d'Israël a vacciné essentiellement toute sa population, ils sont 8,6 millions. Ils ont comparé 600 000 patients vaccinés à 600 000 patients en attente d’être vaccinés, il y avait un bénéfice pour ces gens-là, a-t-il renchéri.

Le Dr Richard Garceau a reçu le vaccin puisqu’il est un travailleur de la santé. Après avoir été inoculé, il affirme avoir eu des symptômes qui ont persisté de 24 à 48 heures, comme un mal de tête et une douleur au bras.

Le 18 février, la santé publique de la province a dévoilé son plan en quatre phases. Le Nouveau-Brunswick a reçu plus de 35 000 doses de vaccins contre la COVID-19 et 26 300 d’entre elles ont été administrées.