•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

On surveille la courbe avec Mathieu Bélanger

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mardi 21 avril 2020

On surveille la courbe avec Mathieu Bélanger

Alors, cette courbe, est-elle en train s'aplatir?

Image montrant le SARS-CoV-2 qui se développe à la surface de cellules (bleu/rose) cultivées en laboratoire.
Cette image montre le SARS-CoV-2 (jaune), le virus qui cause la COVID-19, qui se développe à la surface de cellules (bleu/rose) cultivées en laboratoire.PHOTO : NIAID-RML
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 21 avril 2020

Aucun nouveau cas de COVID-19 n'a été rapporté mardi au Nouveau-Brunswick. C'est la 7e fois au cours des 11 derniers jours qu'il n'y a aucun cas. Serait-ce le début de la fin? « Il n'y a pas de doute que la courbe va dans la bonne direction », selon le Dr Mathieu Bélanger, épidémiologiste.

Celui qui est aussi directeur de la recherche au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick affirme qu’il n’est pas temps de relâcher encore les mesures de distanciation sociale et de confinement sans quoi on risque une nouvelle éclosion.

On est toujours très vulnérable parce que nos frontières ne sont pas tout à fait imperméables. On est à côté du Québec où il y a énormément de cas et de la Nouvelle-Écosse où il y a beaucoup de cas et aux États-Unis où il y a aussi beaucoup de cas. On est quand même très vulnérable parce que le virus, lui, ne reconnaît pas les frontières, précise le Dr Bélanger.

Si on oublie. Si on met de côté toutes les mesures de distanciation sociale, très rapidement on pourrait voir une nouvelle éclosion beaucoup plus sévère que celle qu’on a connue à ce jour au Nouveau-Brunswick, ajoute l’épidémiologiste.

Le Dr Bélanger rappelle également que le virus qui provoque la COVID-19 est « très sournois » et qu’il peut être contagieux alors que la personne infectée ne présente aucun symptôme.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique