•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Audio fil du mardi 24 septembre 2019

Élections 2019  :  Elizabeth May au microphone de Martine

Le Parti vert dit vouloir collaborer pour éviter une catastrophe climatique

Publié le 24 septembre 2019
Elisabeth May tient un discours dehors.
Elizabeth May a fait campagne avec sa candidate dans la circonscription de Fredericton. PHOTO : Radio-Canada / Wildinette Paul

La chef du Parti vert, Elisabeth May, défend une transition vers un modèle économique plus écoresponsable tout en protégeant les travailleurs canadiens.

Durant sa tournée électorale dans les Maritimes, la chef du Parti vert a parlé à La Matinale et a réaffirmé son intention de collaborer avec n’importe quel parti, en cas d'un gouvernement minoritaire. Elle dit que ce type collaboration est essentiel pour éviter une catastrophe climatique.

« Pour l’économie du Nouveau-Brunswick, comme pour toutes les autres économies au Canada, on devrait changer vers une direction verte, changer les tendances pour éviter une catastrophe. Nous avons un engagement pour développer un programme de transition pour tous les travailleurs avec leur collaboration, avec leur avis. »

—  Elisabeth May, chef du Parti vert

Les Verts seraient plus agressifs que les libéraux et les néo-démocrates en matière de réduction des émissions des gaz à effet de serre, selon Elisabeth May. Son parti remonte la barre et propose une réduction de 60% des émissions.

« Tous les plans des autres partis sont absolument insuffisants. »

—  Elisabeth May, chef du Parti vert
La chef du Parti vert discute avec des gens à l'extérieur.

Cet après-midi, Elisabeth May était à Fredericton pour annoncer l’engagement de son parti en santé mentale.

Radio-Canada / Wildinette Paul

Le système de santé suscite aussi des inquiétudes chez les Verts. Selon Elisabeth May, un accord devra être établi entre les provinces et le gouvernement fédéral en vue d’investir plus d’argent dans le système de santé et le régime d’assurance médicaments. Néanmoins, la politicienne reconnaît que ces mesures peuvent élever les coûts en santé pour les institutions publiques. C’est cher,c’est clair. Ce sera cher, mais cela va réduire le coût de le la vie pour toutle monde., affirme-t-elle.

La chef des Verts défend une modernisation de la Loi des langues officielles et la protection des droits de minorités, notamment des populations francophone et autochtone. Selon madame May, la culture acadienne représente une richesse pour le pays et devrait aussi être protégée.