•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des fabricants de masques sanitaires doivent se réinventer

La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 28 juillet 2021

Des fabricants de masques sanitaires doivent se réinventer

Des fabricants de masques sanitaires doivent se réinventer

Saber Bakouri devant sa boutique.
Saber Bakouri compte réinventer son magasin de Dieppe.PHOTO : Radio-Canada / Isabelle Arseneau
La matinale, ICI Première.
La matinalePublié le 28 juillet 2021

Il y a plus d'un an et demi, au début de la pandémie, les masques se faisaient rares. À Dieppe, Saber Boukari a donc ouvert une boutique spécialisée dans la conception et la vente de masques. Il est maintenant forcé de réinventer son entreprise alors que le Nouveau-Brunswick passe à la phase verte dans quelques jours.

L’ensemble des restrictions de santé publique, incluant le port du masque, sera levé dans la nuit de vendredi à samedi.

Saber Boukari, originaire d’Algérie, s’est installé à Dieppe il y a deux ans avec sa famille. Incapable de trouver un boulot dans son domaine, il a décidé d’ouvrir son commerce il y a 9 mois.

Ce qui m’a poussé à ouvrir le Mask Store, c’était de participer et de faire quelque chose dans notre communauté ici au Canada, à Dieppe, a expliqué M. Boukari.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Coup de malchance, son logement de la rue Gauvin brûle avec une partie de son stock. Avec l’aide d’amis qui ont hébergé sa famille, il a fait preuve de résilience en continuant à diriger sa boutique.

Le succès est tel qu’il doit embaucher des gens. Même s’il est heureux de finalement voir la phase verte arriver, cela va inévitablement entrainer une diminution des ventes de masques.

L’entrepreneur a cependant prévu le coup. Il compte miser sur la personnalisation et l’impression sur vêtements et accessoires.

On va faire le maximum pour rester ouvert, dit-il.

Il croit tout de même pouvoir continuer à vendre des masques pour les gens qui veulent continuer à en porter et pour ceux qui en ont besoin pour le travail.