•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 14 mai 2021

AIINB  :  assouplissement aux règles pour les infirmiers de l'étranger

L'association des infirmières au Nouveau-Brunswick assouplit ses règles pour les nouveaux arrivants

Publié le 14 mai 2021
Une infirmière portant des gants.
Une infirmière au travailPHOTO : Radio-Canada / Julie Tremblay

Le Nouveau-Brunswick assouplit ses règles pour l'acceptation d'infirmières de l'étranger. C'est l'association provinciale des infirmières et infirmiers qui réglemente l'entrée dans cette profession. L'organisme vient tout juste de changer sa façon de traiter les dossiers du personnel soignant qui a été formé à l'étranger.

Jusqu'à maintenant, une infirmière ou un infirmier qui arrivait de l'étranger devait soumettre un dossier complet pour obtenir le droit de pratiquer son métier au Nouveau-Brunswick. Il ou elle devait fournir les relevés de notes, des syllabus de cours et une description détaillée de son expérience de travail.

Bachir Adjami, un infirmier d’origine algérienne avec 23 ans d'expérience, essaie depuis huit ans d'obtenir la reconnaissance de ses acquis. Durant toutes ces années, il n’a tout simplement pas réussi à trouver tous les documents requis par l’association qui représente les infirmières.

NCLEX.

Voilà quatre ans que durent ces frustrations au sujet de la sortie de l’examen NCLEX, en 2015.

Radio-Canada

Il y a 79 infirmières formées à l'étranger qui attendent que l'association reconnaisse leur formation et leur expérience pour pouvoir pratiquer leur métier ici.

À partir de maintenant, ce sera beaucoup plus simple pour les gens comme M. Adjami. Il suffira de réussir l'examen d'entrée dans la profession. C’est tout.

On va contacter aujourd'hui ou dans les jours à venir quatre candidats qui ont déjà une note de passage sur l'examen d'entrée à la profession et qui sont prêts à être immatriculés aujourd'hui. Donc ça fait déjà une différence, a indiqué Colin Leahy, registraire de l'Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick.

L’examen d’entrée à la profession est le NCLEX qui a fait l’objet de plusieurs controverses au cours des dernières années. De 15 à 21 infirmières au CHU-DUMONT ont échoué à cet examen. Des diplômées francophones en sciences infirmières se disent désavantagées quand vient le temps de faire le test.

Est-ce que l’association a l’intention de changer l’examen ou d’abandonner le NCLEX?

Non! Il n'y a pas de problème avec NCLEX. Je ne suis pas familier avec ces 15 à 21 infirmiers ou infirmières dont vous parlez. Donc je ne peux pas vraiment parler à ce sujet, a affirmé M. Leahy.

Les infirmières du Nouveau-Brunswick doivent se rendre à Halifax pour faire l'examen. En raison de la pandémie, c’est un peu plus compliqué. Une période de grâce leur a donc été offerte.