•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mardi 30 mars 2021

Vous voulez réserver un chalet pour l'été? Faites vite!

Location de chalets : tout dépendra de l'ouverture des frontières

Publié le 30 mars 2021
Des chalet sur le bord d'une plage à Tracadie.
Certains chalets ont été rapidement réservés cette année au Nouveau-Brunswick pour la saison estivale, mais ce n'est pas le cas partout.PHOTO : Gracieuseté

Les touristes commencent à réserver des chalets pour leurs vacances estivales au Nouveau-Brunswick. L'intérêt varie d'une région à l'autre de la province.

À Shediac, aux Chalets et Motel Gaudet, le téléphone ne sonne pas aussi souvent que dans les années précédentes. La propriétaire, Samantha Gaudet, calcule qu'elle a reçu à peine 10 % des appels qu'elle reçoit normalement.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

L’année dernière, l’entreprise n’a même pris la peine d’ouvrir ses portes en raison de la pandémie. Cette année, Mme Gaudet ne sait pas si les touristes seront de retour.

Je doute qu’on ait assez de clients, spécialement dans les chalets. C’est quelque chose pour laquelle les gens prennent leur décision très tôt dans l’année. Cette année on n’a presque pas d’appels, précise Mme Gaudet.

Elle ne fonde pas non plus trop ses espoirs sur le retour de la bulle atlantique puisque des plages, il n’y en a pas seulement à Shediac. Les gens de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard y ont aussi accès dans leur cour arrière.

Le monde de l'Île-du-Prince-Édouard, eux, ils ont des plages. Ils ont des endroits proches où ils peuvent aller. Venir au Nouveau-Brunswick, mettre 1 000$ pour un chalet, pour une semaine. Ce n'est pas normalement quelque chose que tu fais. Imagine que tu demeures à Miami, tu ne vas pas vraiment à Fort Lauderdale pour une semaine, ajoute la femme d’affaires.

C'est un tout autre son de cloche plus au nord, dans la Péninsule acadienne. Au début de la pandémie Martin Albert de Villégiature Deux Rivières à Tracadie s'attendait au pire. Il pensait perdre au moins 250 000 $ par année en revenus. En fin de compte, ses chalets étaient loués à près de 90 % en saison haute en 2020. Pour la saison qui approche, il est complet à plus de 50 %.

« Fin juillet début août c'était pratiquement déjà complet. Mais la moitié des réservations proviennent du Québec. Pour qu'eux puissent honorer leurs réservations c'est sûr qu'il va falloir que la bulle atlantique soit mise en place et ensuite l’ouverture des frontières avec le Québec pour que ces gens-là puissent venir en juillet et août. »

—  Martin Albert,

L’année dernière, des Québécois ont gardé leur réservation jusqu’à la toute fin, mais finalement ils n’ont pas été en mesure de venir. Cette année plusieurs tentent le coup à nouveau. Plus de la moitié des réservations au centre de Villégiature Deux Rivières proviennent du Québec et de l’Ontario.

Si les frontières n’ouvrent pas, M. Albert compte miser sur le marché local qui a été au rendez-vous en 2020.

Carol Alderdice dans son bureau.

Carol Alderdice, directrice générale de l’Association de l’industrie touristique du N-B.

Gracieuseté

À l'Association provinciale de l'industrie touristique du Nouveau-Brunswick, on mise aussi beaucoup sur l’ouverture des frontières puisqe le marché québécois est essentiel pour sauver la saison.

On a beaucoup d'espoir qu'on va être capable d'ouvrir les frontières. Plus qu'on approche le mois de juin, plus que le monde va voir que le programme de vaccination fonctionne. Et puis ils commenceront à faire leurs réservations, indique Carol Alderdice, directrice générale de l’association.

La bulle atlantique devrait être de nouveau en vigueur le 19 avril. Les frontières pourraient être ouvertes au reste du Canada plus tard cet été, en fonction de l’évolution du plan de vaccination.