•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 4 mars 2021

Soins palliatifs  :  un médecin aimerait plus de souplesse pour les visites

Soins palliatifs : un médecin aimerait plus de souplesse pour les visites

Publié le 4 mars 2021
Les mains de deux époux âgés portant leurs alliances sont posées l'une sur l'autre.
Les visites sont restreintes à l'hôpital en raison de la pandémie. PHOTO : Radio-Canada / Mark Crosby

Un médecin en soins palliatifs à Moncton souhaite qu'il y ait plus de flexibilité quand vient le temps de permettre à des proches d'accompagner les patients en fin de vie.

Depuis le début de la pandémie, la Dre Marie-Josée Nadeau reçoit des témoignages de gens qui ne peuvent pas accompagner des proches mourants. C’est difficile pour les proches qui ne peuvent pas se rendre au chevet d’un être cher, mais c’est aussi difficile pour le personnel soignant.

Je sais que les infirmières et les préposées, les auxiliaires trouvent ça terriblement difficile. Parce qu'au lieu d'être seulement une soignante, d'être quelqu'un qui aide le patient et les familles, souvent elles sont obligées de se transformer en gardiennes de sécurité, là. Puis ça, ça enlève beaucoup à l'expérience d'être aidante en soins palliatifs, a expliqué la Dre Nadeau.

En raison des restrictions sanitaires en vigueur, les familles sont obligées de faire des choix déchirants et les médecins ne peuvent pas faire changer les règles.

« J’ai vu un patient qui avait deux enfants puis une épouse. C'était il y a quelques semaines, dans le temps où il y avait juste deux personnes désignées. Puis ça ne pouvait pas changer. Ça ne pouvait être personne d'autre. Aucune possibilité d'exception. »

—  La Dre Marie-Josée Nadeau

Le travail de la Dre Nadeau est de réduire les souffrances des patients en fin de vie. Cependant, les mesures en lien avec la pandémie font en sorte, selon elle, que des patients ne peuvent pas être accompagnés ce qui cause de la détresse chez les personnes mourantes et chez les proches.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Pour la Dre Nadeau, il serait avantageux de pouvoir assouplir les restrictions et faire des exceptions.

Je pense que ça serait d'avoir la latitude de pouvoir faire des exceptions. Sans s'imaginer que parce qu'on fait une exception à un endroit que là, le feu va prendre, puis que tout le monde va demander des exceptions. Il faut réfléchir avec notre tête, puis il faut réfléchir avec notre cœur. Puis essayer de faire le mieux possible pour le pauvre patient qui est en train de décéder, dit-elle.

Les restrictions au réseau de santé Vitalité concernant les visites ont été mises à jour le 2 mars. Les patients aux soins palliatifs ont maintenant droit d’avoir la visite d’une personne désignée à la fois. Cette personne doit être sur une liste de 10 personnes. Cette liste doit être fournie à l’hôpital.