•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La matinale, ICI Première.
La matinale, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 3 février 2021

La Croix-Rouge est responsable d'autoriser les visites de compassion au N.-B.

Seule la Croix-Rouge autorise maintenant les visites de compassion au Nouveau-Brunswick

Publié le 3 février 2021
Un médecin au chevet d'un homme couché dans son lit, à la maison.
La Croix-Rouge a reçu 258 demandes depuis que l’organisme se charge de ce processus. Seulement 110 ont été approuvées.PHOTO : getty images/istockphoto

Depuis janvier, ce n'est plus le gouvernement provincial qui autorise les visites d'un proche en fin de vie pour les voyageurs de l'extérieur de la province, mais bien la Croix-Rouge canadienne.

Auparavant, la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, pouvait autoriser une personne à entrer dans la province pour fournir des soins à un patient aux soins palliatifs ou malade, avec ou sans exemption de l’exigence d’auto-isolement.

Jennifer Russell, le 2 février 2021.

Jennifer Russell, le 2 février 2021.

Radio-Canada

Si ce parent était dans un foyer de soins, un hôpital ou un centre de soins palliatifs, il fallait aussi obtenir une déclaration écrite de l’établissement. La troisième et dernière étape était de lancer le processus de demande en téléphonant à la Croix-Rouge.

Ce processus était long et a engendré beaucoup de plaintes. Des gens tentaient même de se rendre à la frontière dans l’espoir de pouvoir entrer en plaidant leur cause. Ça demeurait compliqué. En mai, le tiers des requêtes pour visites de compassion ont été refusées.

Maintenant la Croix-Rouge s’occupe du dossier et travaille en collaboration avec le gouvernement provincial. La liste des personnes admises au Nouveau-Brunswick est aussi plus courte depuis le changement.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Seuls les membres de la famille immédiate peuvent avoir une autorisation pour une visite de compassion au Nouveau-Brunswick. Les demandes sont aussi seulement acceptées dans les cas de patients aux soins palliatifs et non plus pour les personnes malades. La Croix-Rouge n'accepte pas non plus les demandes provenant d'autres pays, puisque ces demandes relèvent du gouvernement fédéral.

Le processus pour obtenir une telle autorisation reste quand même complexe. Il faut d’abord composer le 1-800-863-6582. Ensuite, il faut choisir l’option 2 pour un service en français après quoi on peut choisir l’option 1, « touché par un sinistre ». Après quoi, il faut choisir la province, dans ce cas précis le Nouveau-Brunswick, et finalmenet sélectionner l’option concernant la COVID-19.

Si vous vous rendez à un hôpital, un centre de soins palliatifs ou un foyer de soins, vous devrez avoir une autorisation écrite pour rentrer dans l’établissement, a affirmé Allie Murchison, représentante de la Croix-Rouge canadienne pour l'Atlantique.

La Croix-Rouge a reçu 258 demandes depuis que l’organisme se charge de ce processus. Seulement 110 ont été approuvées.

La majorité, c’est parce que ce n’est pas la famille immédiate ou ce n’est pas une visite pour la fin de vie. Mais, il y a beaucoup de personnes qui téléphonent chaque journée pour entrer au Nouveau-Brunswick pour beaucoup de raisons. La seule raison pour laquelle tu peux entrer au Nouveau-Brunswick, c’est pour la fin de vie, a avancé Mme Murchison.

Le processus pour obtenir une autorisation pour une visite de compassion devrait prendre 24 heures maximum selon la Croix-Rouge.

Avec les informations de Rose St-Pierre