•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les priorités de l’ACFA en 2022 et 2023

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du mardi 11 janvier 2022

Les priorités de l’ACFA en 2022 et 2023

Les grands chantiers de l'Association canadienne-française de l'Alberta pour 2022

Le logo de l'Association canadienne-française de l'Alberta et le drapeau franco-albertain représentés sous forme de vitrail.
L'Association canadienne-française de l'Alberta se penchera sur de nombreux dossiers sur la scène communautaire, provinciale et fédérale en 2022. PHOTO : Radio-Canada
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 12 janvier 2022

L'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) s'est fixé de grands objectifs en 2022, notamment revoir le fonctionnement de l'organisme et travailler au renouvellement de la politique en matière de francophonie du gouvernement albertain.

La présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta Sheila Risbud explique que l'organisme va réfléchir cette année à son positionnement en prévision des élections de 2023. La politique en matière de francophonie du gouvernement albertain sera entre autres au coeur des discussions.

Il y a peut-être des choses qu'on aimerait aller voir dans un renouvellement de cette politique.La discussion sur le renouvellement commence cette année, mais avec les élections qui se dessinent en 2023, c'est l'occasion peut-être d'aller chercher d'autres gains, dit-elle.

Elle croit que la pandémie a mis en lumière le manque de services en français dans la province. On l'a vu au niveau de l'information sur la covid, on l'a vu au niveau de la santé mentale. On l'entend de la part de nos membres que c'est un besoin urgent, les gens veulent être servis en français. Je pense que la pandémie a fragilisé encore plus la communauté et le français alors c'est important en sortant de tout ça de s'assurer que dorénavant, on ait les services dont on a besoin, pas seulement en temps de crise, mais en tout temps, mentionne-t-elle.

Les démarches seront également poursuivies pour assurer un financement stable pour l'éducation postsecondaire en français dans la province. L'organisme a lancé une poursuite contre le gouvernement albertain et l'Université de l'Alberta en lien avec le financement du Campus Saint-Jean.

Au niveau fédéral, l'ACFA continuera de pousser pour concrétiser la modernisation de la loi sur les langues officielles.

Sheila Risbud explique également que des consultations seront menées pour revoir la structure de l'ACFA. Cette structure date d'un temps où, par exemple, notre démographie était différente. On avait plus de francophones en région qu'on en avait dans les grands centres, souligne Sheila Risbud.

Elle croit que l'expérience des dernières années a permis à la communauté francophone de considérer d'autres façons d'assurer certains services en français dans la province.

Elle a également bien hâte de voir les données démographiques issues du recensement de 2021 qui devraient être présentées au cours des prochains mois. Elle espère que les nouvelles questions ajoutées au recensement permettront aux décideurs d'avoir un meilleur aperçu des besoins en matière de services en français dans les différentes régions du pays et de la province.