•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Apprendre le français à tout âge, est-ce vraiment possible?

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du lundi 13 décembre 2021

Apprendre le français à tout âge, est-ce vraiment possible?

Apprendre le français à tout âge, est-ce vraiment possible?

Deux hommes et deux femmes réunis autour d'une table rigolent ensemble.
L'apprentissage d'une langue peut se faire à tout âge si on l'utilise régulièrement dans la vie quotidienne. PHOTO : Getty Images / Geber86
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 14 décembre 2021

Apprendre une langue seconde plus tard dans la vie est tout à fait possible, mais demande de la discipline et une réelle acceptation de la culture associée à cette langue, explique l'orthophoniste Agathe Tupula Kabola.

Plusieurs personnalités publiques comme la gouverneure générale Mary Simon et le président-directeur général d’Air Canada Michael Rousseau se sont récemment engagées à apprendre le français.

Agathe Tupula Kabola souligne que c'est notre attitude plutôt que nos neurones qui sont le plus souvent à blâmer pour nos difficultés à apprendre une langue seconde.

« Ce qui nous empêche de devenir bilingues à l'âge adulte, c'est pas le cerveau, c'est plutôt notre motivation, notre acceptation de la culture entourant la langue seconde et bien naturellement, l'effort. »

— Une citation de  Agathe Tupula Kabola, orthophoniste

Apprendre une autre langue comme adulte peut sembler plus difficile parce qu'il s'agit souvent d'un processus beaucoup moins intuitif que durant l'enfance.

À l'âge adulte, c'est un processus qui est beaucoup plus académique ou scolarisé, par exemple on va apprendre des listes de vocabulaire, des listes de verbes. C'est un processus beaucoup plus structuré donc ça demande beaucoup de motivation et ça demande aussi une certaine discipline, une régularité dans l'exercice d'apprentissage.

Des études montrent que le vieillissement du cerveau des personnes bilingues et multilingues est retardé par rapport aux personnes unilingues et qu'elles ont moins de risques de développer des démences de type Alzheimer, affirme Agathe Tupula Kabola.

Toutefois, il faut faire attention, c'est pas de simplement parler quelques mots ici et là dans une autre langue, mais il faut vraiment être en mesure de naviguer aisément entre les deux langues ou les trois langues qu'on parle, être capable de les utiliser à un haut niveau de compétence, donc de les utiliser régulièrement.

Le bilinguisme offre d'autres avantages sur le plan cognitif comme une meilleure capacité à résoudre des problèmes, à récupérer suite à un accident vasculaire cérébral et une plus grande facilité à apprendre d'autres langues. Elle souligne que de parler plusieurs langues nous rend aussi plus tolérants et moins anxieux dans de nouvelles situations sociales.

Beaucoup de définitions du bilinguisme existent, mais selon Agathe Tupula Kabola, il s'agit tout simplement d'une capacité de vivre dans deux langues différentes.

Ça ne veut pas dire d'avoir toutes les connaissances dans chacune de nos langues, ça veut dire d'être capable de communiquer ses besoins, d'interagir socialement, de communiquer dans plusieurs langues en fonction des situations.