•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Répondre aux questions des parents sur la vaccination anti-COVID

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 18 novembre 2021

Répondre aux questions des parents sur la vaccination anti-COVID

Vaccination anti-COVID pour les 5 à 11 ans : passeport pour un retour à la normale

Gros plan sur l'épaule d'un garçon qui tient la manche de son chandail d'une main, et des mains d'un pédiatre qui tient une seringue.
Un jeune garçon reçoit un vaccin.PHOTO : getty images/istockphoto / Vadym Terelyuk
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 18 novembre 2021

Santé Canada approuvera vendredi l'administration du vaccin de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 aux enfants de 5 à 11 ans et les livraisons devraient suivre rapidement. La pédiatre d'Edmonton, la Dr Isabelle Chapados croit qu'un retour à la normale pour les enfants et leur famille devrait primer sur les inquiétudes face au vaccin.

Pour la médecin, la raison la plus importante de vacciner les enfants et les adolescents est de mettre fin à l'isolement social qui a causé beaucoup de dommages chez les jeunes, notamment en termes de santé mentale.

« Si les enfants peuvent avoir une vie plus normale, je m'excuse, mais ça, c'est très, très important. Nos jeunes, nos ados et nos enfants ont beaucoup souffert de la pandémie. »

— Une citation de  Isabelle Chapados, pédiatre d'Edmonton

Les enfants ont dû faire beaucoup de sacrifices de leur liberté, de leur sociabilité pour protéger les adultes, ajoute-t-elle. Ça leur a causé plein de préjudices, donc les vacciner va permettre d'avoir un Noël sécuritaire pour tout le monde.

Isabelle Chapados s'attend à devoir répondre à plusieurs questions des parents, notamment, si celui contre la COVID-19 pourrait interférer avec les autres vaccins communément administrés à ces âges. Recevoir un ou plusieurs vaccin, c'est la même chose, explique la pédiatre. Le système immunitaire va procéder à réagir à ça de façon indépendante, sinon on ne serait pas sur la planète. 

Même si un lien probable a été établi entre certains effets secondaires et les vaccins à ARN messager, dont celui de Pfizer fait partie, les risques de développer une myocardite – une inflammation du muscle cardiaque – sont beaucoup plus importants lorsqu'un enfant contracte le virus. La pédiatre affirme aussi qu'elle et ses collègues ont observé un nombre important d'enfants atteints du syndrome inflammatoire multisystémique dans les hôpitaux.

Il y a beaucoup plus d'avantages à vacciner nos enfants qu'à attendre, pour l'immunité de groupe et pour les protéger de l'isolement social.