•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Elisabeth Ndjock remporte le prix de l’aînée de l’année de la FAFA

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 22 octobre 2021

Elisabeth Ndjock remporte le prix de l’aînée de l’année de la FAFA

Elisabeth Ndjock remporte le prix de l’aînée de l’année de la FAFA

Élisabeth Ndjock devant les caméras dans la Cité francophone d'Edmonton.
Élisabeth Ndjock a participé au tournage de la série vidéo Parler pour transmettre, un projet de la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA) et des Productions Loft. PHOTO : Radio-Canada / Axel Tardieu
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 25 octobre 2021

À peine trois ans après son arrivée au Canada, Élisabeth Ndjock est enchantée de se voir décerner le prix Eglande-Mercier (Prix de l'aîné de l'année) de la Fédération des aînés franco-albertains.

La dame de 75 ans originaire du Cameroun possède une énergie remarquable. Elle est venue en Alberta pour aider sa fille établie à Edmonton, mais n'avait aucune intention de rester cloîtrée à la maison durant son séjour au Canada.

Elle s'est rapidement jointe à la chorale Mélodie d'Amour et à l'organisme La Colonne, une association qui réunit les aînés issus de l'immigration. Elle a également participé au tournage des vidéos du projet Parler pour transmettre réalisé par la FAFA avec les Productions Loft.

Elle affirme qu'elle est une personne curieuse de nature et que son intérêt pour l'engagement lui vient de ses parents qui ont toujours insisté sur l'importance de s'engager dans la vie communautaire pour s'intégrer.

Elisabeth Ndjock affirme que son engagement a été très bénéfique pour elle et lui a permis de découvrir sa nouvelle ville d'adoption et de briser l'isolement. Elle croit par exemple que l'adaptation à l'automne et à l'hiver canadiens a été beaucoup plus facile puisqu'elle avait une motivation pour sortir, se déplacer et apprendre à apprécier différentes températures.

Elle a également pu mieux s'intégrer en apprenant à se familiariser avec les façons de faire et de s'exprimer des Canadiens.

Elle rêve maintenant de ramener certaines de ces découvertes canadiennes dans son pays natal et de contribuer à développer la société camerounaise.

Élisabeth Ndjock dans un parc à Edmonton.

Élisabeth Ndjock est une arrière-grand-mère très active dans la communauté francophone d'Edmonton.

Élisabeth Ndjock