•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La pièce Bears présentée au Citadel d’Edmonton

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 20 octobre 2021

La pièce Bears présentée au Citadel d’Edmonton

La pièce Bears au Citadel : une ode à la nature

Un homme est entouré de femmes sur une scène de théâtre.
Écrite il y a une dizaine d'années, mais toujours brûlante d'actualité, cette pièce nous fait réfléchir sur les conséquences environnementales entourant la construction des pipelines. PHOTO : Alexis McKeown
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 22 octobre 2021

La pièce Bears de Matthew MacKenzie a été présentée à Edmonton en 2015 pour la première fois et n'a pas perdu de sa pertinence six ans plus tard.

Un texte de Geneviève Potvin

L'auteur donne une voix aux animaux sauvages et aux paysages profanés par le désir insatiable des humains à toujours prendre plus d'emprise sur la nature.

L'histoire

Floyd est un Métis qui travaille dans l'industrie du pétrole. Il est le suspect numéro un d'un sabotage industriel et décide de fuir pour se sauver de la Gendarmerie royale du Canada. Il trouve refuge dans les bois et fait son chemin vers le Pacifique en suivant le tracé du pipeline Trans Mountain. Sur la route, il renoue avec ses racines autochtones en réfléchissant aux conséquences de la construction du pipeline sur la nature.

Sur scène, Floyd, joué par le comédien métis Shelton Elter, est accompagné de huit choristes qui dansent et chantent. Elles représentent les animaux, les fleurs et la nature qui entourent Floyd tout au long de son périple.

Un homme regarde vers le ciel pendant que des femmes représentantes des fleurs l'entourent.

La mise en scène, la chorégraphie efficace et imaginative font la force de ce spectacle.

Alexis McKeown

Sur scène

La mise en scène et la chorégraphie efficaces et imaginatives font la force de ce spectacle. Des idées simples, exécutées minutieusement sont une petite réussite. Par exemple, l'utilisation de cordes pour représenter les eaux tumultueuses de la rivière Fraser ou les mains des choristes qui rappellent les saumons qui y frétillent sont justes et on y croit.

Par ses textes, Matthew MacKenzie arrive à dépeindre et nous communiquer l'animosité et la peur que pouvait provoquer la présence de la Gendarmerie royale pour les Autochtones.

La pièce expose aussi la dualité ressentie par Floyd face à l'industrie du pétrole. Il aime son travail et la camaraderie sur les chantiers, mais il déplore que celui-ci s'accomplisse au détriment de la nature.

En ce sens, Bears transpose bien la complexité de la situation dans laquelle l'Alberta se trouve : une industrie qui a fait le bonheur et la richesse des Albertains au détriment des territoires autochtones et de la nature.

Cette pièce poursuit le dialogue entre les défenseurs de l'industrie et ceux qui demandent la fin de la construction des pipelines.

Une femme avec une tuque rouge pose pour la caméra.

La comédienne Zoë Glassman est de la distribution de la pièce Bears qui est présentée au Théâtre Citadel à Edmonton du 21 au 31 octobre.

Mat Simpson


La comédienne Zoë Glassman fait partie de la distribution depuis plus de trois ans. Elle joue une des choristes.

« Ça me choque que la discussion n'a pas changé. Nous avons perdu six années de progrès potentiels vers les objectifs climatiques. Mais pour l'audience, je pense que nous posons des questions importantes de manière divertissante. »

— Une citation de  Zoë Glassman, comédienne

La pièce Bears est présentée au Théâtre Citadel à Edmonton du 21 au 31 octobre.