•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Protocole de triage  :  les enjeux éthiques derrière des décisions très difficiles

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 24 septembre 2021

Protocole de triage  :  les enjeux éthiques derrière des décisions très difficiles

Protocole de triage  :  les enjeux éthiques derrière des décisions très difficiles

Deux infirmières qui travaillent dans une unité de soins intensifs.
Le personnel de la santé albertain pourrait devoir prendre des décisions déchirantes si le protocole de triage doit être utilisé.PHOTO : getty images/istockphoto
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 25 septembre 2021

Le protocole de triage qui pourrait être utilisé dans les hôpitaux albertains prochainement a été pensé pour rendre un peu moins déchirantes des décisions qui resteront extrêmement difficiles pour le personnel de la santé, affirme Juliet Guichon, professeure adjointe à la Faculté de médecine de l'Université de Calgary, spécialiste de l'éthique dans le domaine de la santé.

Le protocole de triage prévoit comment les décisions par rapport aux patients qui seront admis aux soins intensifs seront prises dans des cas extrêmes où le système de santé serait débordé.

Juliet Guichon est convaincue que les personnes qui ont rédigé ce document de 52 pages de Services de Santé Alberta ne pensaient pas que les hôpitaux albertains vivraient une situation où il deviendrait nécessaire de l'utiliser.

Devant le nombre croissant de cas de COVID-19, le système de santé se prépare à l'éventualité de devoir y recourir dans les prochains jours.

Juliet Guichon explique que dans une première phase du protocole de triage, les personnes qui ont 20 % ou moins de chances de survie dans la prochaine année pourraient ne pas être admises aux soins intensifs.

La décision serait prise par une équipe de professionnels de la santé, sans tenir compte de la volonté du patient ou de sa famille.

Elle explique que le protocole prévoit que la décision serait prise par une équipe pour rendre la décision moins dévastatrice pour le personnel que si une seule personne devait en porter la responsabilité.

La décision resterait toutefois très pénible à prendre pour le personnel, souligne Juliet Guichon.