•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Trois nouvelles garderies francophones en Alberta

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 9 septembre 2021

Trois nouvelles garderies francophones en Alberta

Trois nouvelles garderies francophones ouvrent leurs portes en Alberta

Une petite table pour enfants est recouverte d'un jeu avec des chiffres et des lettres dans une salle qui accueille des enfants.
Il y a une forte demande pour de nouvelles places en garderie francophone en Alberta. PHOTO : iStock
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 10 septembre 2021

Cet automne, 48 enfants de plus pourront fréquenter une garderie francophone dans la province, avec la création de nouvelles garderies à Plamondon, Jasper et Brooks, se réjouit Mireille Péloquin, directrice générale de la Fédération des parents francophones de l'Alberta (FPFA).

Beaucoup de parents francophones attendent cette possibilité d'offrir un service de garde en français à leur enfant depuis bien longtemps, constate-t-elle.

Les projets ont pu être mis sur pied grâce à la créativité et à la détermination des communautés, qui ont également pu bénéficier du soutien d'organismes provinciaux comme le Conseil de développement économique de l'Alberta et la FPFA.

D'autres projets de garderies sont aussi en cours dans la province. Des places doivent être créées à l'école À la Découverte d'Edmonton et les besoins de garderie francophone sont bien connus à Bonnyville, explique-t-elle.

La FPFA explore aussi la possibilité de mieux soutenir la création de garderies en milieu familial, qui représentent un « énorme potentiel », selon Mireille Péloquin.

Elle affirme que jamais n'a-t-elle vu autant de francophones s'intéresser au métier d'éducateur ou éducatrice en garderie depuis la création d'un programme de formation en français au Centre collégial de l'Alberta. Elle espère que l'intérêt pour ce « beau métier » va augmenter chez les Franco-Albertains pour aider à offrir des services à la petite enfance en français un peu partout en province.