•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Exposition de l’artiste Shoko César au Musée des beaux-arts de l’Alberta

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 18 août 2021

Exposition de l’artiste Shoko César au Musée des beaux-arts de l’Alberta

Shoko César au Musée des beaux-arts de l’Alberta

L'artiste interdisciplinaire Shoko César et son tableau Spirit sur lequel on peut voir un homme rire de bon coeur.
L'artiste interdisciplinaire Shoko César expose quelques-unes de ses œuvres au Musée des beaux-arts de l'Alberta dans le cadre de l'exposition Black Every Day. PHOTO : Geneviève Potvin
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 19 août 2021

L'exposition Black Every Day, qui met en valeur le travail de 15 artistes noirs de la capitale albertaine, est présentée au Musée des beaux-arts de l'Alberta jusqu'au 12 septembre.

L'artiste interdisciplinaire Shoko César est l'un des artistes qui exposent quelques-unes de ses oeuvres.

En Alberta depuis 1993, l'artiste ne s'identifie pas à une forme d'art en particulier. L'important pour lui est d'explorer et de trouver le meilleur médium pour faire passer son message.

« Le médium que j'utilise est seulement un véhicule pour présenter ce qu'il y a dans ma tête. »

—  Shoko César
Une peinture représentant une scène d'explosion en Israël.

Un tableau de l'artiste interdisciplinaire Shoko César.

Radio-Canada / Geneviève Potvin

Shoko César a des origines rwandaise et allemande. Il parle cinq langues. Tout ce bagage à une incidence sur ce qu'il crée. Son art et les designs qu'il conçoit sont influencés par ce passé.

« Je ne peux pas me dissocier de ce passé et ces origines qui m'identifient. Ça me force à faire preuve de diplomatie. »

—  Sholko César

Pour lui, il était temps qu'une telle exposition consacrée aux artistes de descendance afro-canadienne soit présentée. On est tous noirs et on a tous un bagage différent, souligne-t-il. Pour nous ce n'est pas une mode d'être noir, c'est notre identité. On dort noir, on se réveille noir, on fait tout noir.