•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L’incroyable détermination de l'athlète Kasia Gruchalla-Wesierski

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 4 août 2021

L’incroyable détermination de l'athlète Kasia Gruchalla-Wesierski

L’incroyable détermination de la médaillée d'or Kasia Gruchalla-Wesierski

L'athlète en uniforme près d'un plan d'eau.
Kasia Gruchalla-Wesierski de Calgary a remporté une médaille d'or olympique quelques semaines seulement après s'être fracturé la clavicule. PHOTO : Aviron Canada / Merijn Soeters
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 5 août 2021

Gravement blessée à la mi-juin, Kasia Gruchalla-Wesierski ne devait pas participer aux Jeux olympiques de Tokyo, du moins de l'avis d'un médecin et de certains journalistes sportifs. Quelques semaines plus tard, elle revient à Calgary une médaille d'or olympique au cou.

L’athlète francophone de Calgary d’aviron a remporté la médaille d’or avec ses coéquipières de la formation canadienne d’aviron à huit le 30 juillet à Tokyo.

Pourtant, elle avait subi de graves blessures lors d'un accident de vélo seulement 40 jours avant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques. Une clavicule fracturée, 56 points de suture et des dommages à la hanche et au genou avaient alors ébranlé son rêve olympique. Elle était en larmes, mais toujours déterminée à surmonter tous les obstacles pour participer à l'événement.

La plupart des médecins qu'elle a rencontrés se sont montrés encourageants, mais l'un d'eux a semé le doute en lui disant qu'elle ne pourrait plus compétitionner de l'année.

Les huits athlètes mordent chacune leur médaille d'or.

L'équipe canadienne d'aviron à huit a remporté la médaille d'or à Tokyo.

Aviron Canada / Merijn Soeters

Il ne me connaît pas, il ne sait pas de quoi je suis capable, a-t-elle pensé. Avec le soutien de son équipe médicale et de ses coéquipières, elle a mis tout en oeuvre pour participer aux Jeux olympiques et est montée sur la plus haute marche du podium.

Kasia Gruchalla-Wesierski espère que sa victoire pourra inciter d'autres personnes qui traversent des épreuves à toujours se battre pour réaliser leur rêve.

C'est une médaille qui est plus [grande] que moi, que mon histoire. J'espère inspirer d'autres personnes qui ont subi des blessures ou quelque chose dans la vie qu'elles doivent surmonter. Il y a toujours une façon [d'y arriver], dit-elle.

Cette blessure n'est pas la seule qui a marqué sa vie d'athlète. Elle avait dû abandonner sa carrière en ski alpin après une blessure il y a quelques années. C'est ce qui l'avait poussée vers l'aviron, qu'elle n'a commencé à pratiquer qu'à l'âge de 23 ans.

Toujours irréel

Depuis son retour à Calgary, la jeune femme confie qu'il est un peu étrange d'être reconnue et félicitée par des étrangers. Elle compte profiter des prochains jours pour se reposer et passer du temps avec sa famille et ses amis.

L'aviron est une discipline très exigeante. Le sport implique un entraînement à longueur d'année, six ou même sept jours par semaine, dans le froid, la chaleur et la pluie. C'est difficile mentalement. Il faut vraiment s'appuyer sur ses coéquipiers, coéquipières. Il y a beaucoup de choses que le monde ne voit pas. Les gens voient la médaille, ils voient la finale, mais c'est beaucoup plus que ça, partage l'athlète.

Elle reconnaît que son parcours a nécessité énormément de sacrifices, mais la médaille lui donne maintenant une immense fierté.