•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La croisée, ICI Première.
La croisée, ICI Première.
Rattrapage du lundi 17 mai 2021

Une aide gouvernementale en culture décevante pour les francophones

L’aide gouvernementale à l’industrie du spectacle décevante pour les francophones

Publié le 18 mai 2021
Une jeune fille sur scène un micro à la main.
La chanteuse albertaine Renelle Ray participait au Chant'Ouest 2018.PHOTO : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Le gouvernement albertain a annoncé une aide pour l'éventuelle reprise des spectacles en salle, mais la grande majorité des salles francophones ne pourront pas en profiter, déplore Sylvie Thériault, directrice générale du Regroupement artistique francophone de l'Alberta (RAFA).

Le gouvernement albertain a annoncé vendredi une aide de 25 000 $ aux salles de spectacles à but lucratif. La majorité des lieux de diffusion importants pour les artistes francophones sont toutefois à but non lucratif.

Sylvie Thériault dit être déçue de l'annonce, mais qu'il est encore trop tôt pour s'inquiéter.

Plusieurs programmes de différents ordres de gouvernements ont été annoncés et continuent de l'être. Suivre toutes ces annonces est complexe et demande une vigilance quotidienne, affirme-t-elle.

Elle souligne que les programmes d'aide aux artistes prennent souvent des années à être mis sur pied. La pandémie a forcé les gouvernements à agir très rapidement, ce qui peut causer des problèmes.

Sylvie Thériault dit qu'elle continue de demander de l'information aux différents ordres de gouvernement pour être certaine que les producteurs et gérants de salles francophones ne seront pas laissés pour compte dans l'aide offerte pour la relance.

Les artistes peuvent tout de même poser leur candidature pour obtenir une aide de 1500 $ afin de se préparer à un retour aux performances en salle, remarque-t-elle.

Pour beaucoup d'artistes, il y aura beaucoup de travail à faire afin de regagner la confiance du public qui sera très convoité par l'industrie du divertissement au cours des prochains mois, croit Sylvie Thériault.