•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La pandémie crée des divisions importantes au sein du Parti conservateur uni

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 7 avril 2021

La pandémie crée des divisions importantes au sein du Parti conservateur uni

La pandémie crée des divisions importantes au sein du Parti conservateur uni

Jason Kenney baisse la tête et ferme les yeux.
Les restrictions annoncées le 6 avril par Jason Kenney pour faire face à l'augmentation des cas de COVID-19 se sont attiré les critiques publiques de 15 de ses députés. PHOTO : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 7 avril 2021

La fracture au sein du Parti conservateur uni devient très profonde et pourrait conduire à une véritable crise au sein du parti, estime Frédéric Boily, professeur de sciences politiques au Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta.

Mercredi, 15 députés conservateurs unis se sont prononcés publiquement contre les restrictions de santé publique annoncées la veille par le premier ministre.

Parmi les signataires se trouve le président de l’Assemblée législative Nathan Cooper.

Frédéric Boily affirme qu'une contestation publique aussi importante est très rare et mène souvent à une transformation majeure, voire même à l'éclatement d'un parti.

Jason Kenney semble avoir de plus en plus de mal à contrôler son propre caucus, remarque-t-il.

Il souligne que plusieurs des dissidents proviennent de régions rurales où la pandémie a frappé moins fort. Il craint que cette sortie publique mine la légitimité des règles sanitaires annoncées par le gouvernement dans ces régions.

Il croit que la réaction des autres membres du parti sera cruciale pour déterminer l'avenir de celui-ci.

Frédéric Boily affirme que la marge de manoeuvre de Jason Kenney pour faire face à cette division au sein de son parti est très limitée. Il ne serait pas réaliste, selon lui, de s'attendre à ce que le gouvernement expulse 15 de ses députés, comme le demande l'opposition néodémocrate.