•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La croisée, ICI Première.
La croisée, ICI Première.
Rattrapage du mardi 2 mars 2021

L’exploration spatiale  :  des investissements qui en valent la peine?

L’exploration spatiale  :  des investissements qui en valent la peine?

Publié le 3 mars 2021
Une illustration de la planète Mars.
Une illustration de la planète MarsPHOTO : iStock / manjik

Des sommes colossales sont dépensées par de nombreux pays, dont le Canada, pour financer des missions d'exploration spatiale. Est-ce que l'investissement est justifié compte tenu des immenses défis sur Terre? Deux points de vue sur ce débat qui revient à l'avant-plan après la mission du rover Perseverance sur Mars.

Gilles Leclerc, directeur général de l'exploration spatiale pour l'Agence spatiale canadienne, croit que les missions spatiales sont comparables à la recherche scientifique fondamentale qui permet d'acquérir des connaissances de base sur notre univers et la santé humaine tout en développant des technologies de pointe.

Si la mission Perseverance parvient à trouver des formes de vie sur Mars, par exemple, ce sera un changement de perspective incroyable pour l'humanité et sa place dans l'univers, explique Gilles Leclerc.

Si au contraire la mission ne trouve pas de forme de vie sur Mars, cela ne pourra que souligner encore davantage l'importance de préserver la vie sur Terre.

Julian Castro-Rea, professeur de science politique à l’Université de l’Alberta, admet l'intérêt de la recherche fondamentale faite dans l'espace, mais croit que le coût est trop élevé par rapport aux retombées terrestres.

Selon M. Castro-Rea, il y a des besoins plus pressants, en ce moment, que l'exploration spatiale, par exemple la relance de l'économie, l'investissement dans l'éducation, l'approvisionnement en eau potable aux communautés autochtones et l'adaptation de l'économie aux changements climatiques.

M. Leclerc souligne que le Canada est un petit joueur dans l'industrie spatiale et investit des sommes beaucoup plus modestes que les États-Unis par exemple. Tous les investissements en exploration spatiale au Canada doivent également démontrer des bénéfices sur Terre, affirme-t-il.

La technologie développée pour le bras robotisé de la station spatiale internationale permet maintenant, par exemple, d'aider à effectuer des opérations chirurgicales, souligne-t-il. La recherche sur le vieillissement accéléré dans l'espace sert également à comprendre ce phénomène sur Terre.

Les missions spatiales sont par ailleurs des sources de motivation pour la recherche scientifique pour de nombreux chercheurs, croit-il.

Julian Castro-Rea critique l'attitude de certaines missions spatiales qui peuvent laisser croire que la vie humaine serait possible et réaliste sur d'autres planètes que la Terre. Selon lui, cela détourne de la lutte cruciale contre les changements climatiques pour protéger la vie terrestre.

Gilles Leclerc admet que certains joueurs de l'industrie spatiale comme Elon Musk donnent un mauvais nom à l'exploration de l'espace en donnant l'impression que la Terre est jetable.

Malgré sa passion pour l'espace et la découverte d'autres planètes, Gilles Leclerc affirme que la Terre est toujours « sa planète préférée ».