•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Déficit budgétaire :  le poids de la santé

La croisée, ICI Première.
Audio fil du lundi 8 avril 2019

Déficit budgétaire :  le poids de la santé

Déficit budgétaire :  le poids de la santé

Un homme âgé étendu sur un lit d'hôpital tient la main d'une femme.
«C’est évident que plus de soins de longues durées c’est une priorité, en particulier si on arrivait à faire ça avec un meilleur arrimage entre l’hôpital et les soins à domicile.», Pierre-Gerlier Forest, directeur de l'École de politiques publiques de l'Université de CalgaryPHOTO : iStock
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 9 avril 2019

Lors de cette quatrième semaine de campagne électorale, nous parlons de déficit et du budget provincial.

Les partis ont tous des promesses pour réduire le déficit.

Ils comptent y parvenir en réduisant le budget de différents services. Mais il y a des services, comme la santé, qui coûtent plus cher que d’autres. Aujourd’hui, les soins de santé coûtent à la province 22 milliards de dollars, c'est-à-dire 39% du budget provincial.

Pierre-Gerlier Forest, directeur de l'École de politiques publiques de l'Université de Calgary, explique que la richesse de la province fait qu’elle se permet de dépenser plus en santé par rapport aux autres provinces.

« C’est une des provinces qui a conservé presque intact son réseau de petits hôpitaux régionaux. Si vous voulez maintenir la qualité, ça coûte beaucoup plus cher que si vous concentrez les soins dans un grand centre hospitalier. »

—  Pierre-Gerlier Forest

Il ajoute que la privatisation de certains services fonctionne si l'objectif est une amélioration des services et non une réduction des coûts.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 en Alberta