•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Audace et innovation : le développement de l’aviation dans l’Ouest et le Nord

La croisée, ICI Première, avec Benoit Michaud
Rattrapage du mercredi 7 décembre 2022

Audace et innovation : le développement de l’aviation dans l’Ouest et le Nord

Audace et innovation  :  le développement de l’aviation dans l’Ouest et le Nord

Une ancienne photo d'un homme appuyé sur une voiture devant un avion en métal.
Wilfrid « Wop » May devant une toute nouvelle voiture Ford modèle T et son nouvel avion en métal Junkers JL-6 en février 1921 à Edmonton sur la piste Saint-Albert.PHOTO : Archives publiques du Musée Glenbow à Calgary, image # NC-6-6063
La croisée, ICI Première, avec Benoit Michaud
La croiséePublié le 9 décembre 2022

De courageux Canadiens ont pavé la voie au développement de l'aviation civile en Alberta et dans le Grand Nord canadien, raconte l'historien Stéphane Guevremont, un ancien mécanicien d'aéronefs, pilote amateur et doctorant en histoire de l'aviation canadienne.

Le premier transport de courrier aérien dans l’Ouest canadien a été effectué le 9 juillet 1918 par l’Américaine Katherine Stinson, une jeune pilote de démonstration. Le vol entre Calgary et Edmonton a pris à l’époque un peu plus de deux  heures et représentait un véritable exploit.

La première firme d’aviation commerciale dans l’Ouest est entrée en activité au printemps 1919 sur la piste Saint-Albert, au nord d’Edmonton. C’est un as de la Première Guerre mondiale, Wilfrid « Wop » May, qui l’a créée avec son frère.

Pendant ce temps, un autre pilote de chasse, Frederick « Freddie » McCall, a fondé le premier club d’aviation au Canada à Calgary.

Le développement de l’aviation dans le Grand Nord a pu prendre son essor dans les années 1920, explique Stéphane Guevremont.

« En 1926, c’est la Porte du Nord qui s’ouvre. C’est le terrain d’aviation Blatchford au centre-ville d’Edmonton qui est devenu le premier port aérien terrestre au Canada. Et en 1929, ça a été le premier aéroport licencié dans tout le pays. »

— Une citation de  Stéphane Guevremont

Je suis encore choqué qu’on l’ait tout détruit et que ce soit des maisons de ville et des condos maintenant, commente Stéphane Guevremont.

Des vols héroïques

En janvier 1929, Wilfrid « Wop »May et son mécanicien volent au secours du village de Fort Vermilion, en proie à une infection mortelle, en leur apportant des médicaments. Le voyage de 2000 kilomètres semé d’embûches a pris cinq  jours par des températures glaciales sous les -30 degrés Celsius.

Clennel « Punch » Dickins en est quant à lui venu à être connu sous le nom de « Roi du Nord » après avoir parcouru 1,6 million de kilomètres en avion au-dessus des Territoires du Nord-Ouest. Il est devenu en juillet 1929 le premier pilote au monde à survoler le cercle polaire.

Et en septembre 1929, il a amené les premiers prospecteurs d’uraninite au Grand Lac de l’Ours […] et sans le savoir, ça a inauguré l’industrie du minerai d’uranium qui est devenu plus tard le moteur de l’énergie atomique mondiale, souligne Stéphane Guevremont.

Les premiers vols commerciaux officiels de courrier dans l’Arctique ont eu lieu à la fin de 1929 grâce à l’entreprise d’Edmonton Commercial Airways, fondée par Wilfrid « Wop »May et deux autres pilotes. En décembre 1929, ils ont accompli un exploit digne des plus grands films d’aventure. Trois avions sont partis d’Edmonton pour atterrir à Fort McMurray. Par la suite, deux avions ont poursuivi leur chemin vers les Territoires du Nord-Ouest pour un périple qui prévoyait 13 arrêts jusqu'à Aklavik, près de la mer de Beaufort, par des températures qui ont atteint -60 degrés Celsius.

« Là, on parle ici de 2575 kilomètres de vol dans la toundra, en hiver, sans radar, pas d’équipement de géolocalisation, pas de balise radio […] vous avez seulement une boussole, une carte et j’espère, de très bons yeux! »

— Une citation de  Stéphane Guevremont

Les conditions dans lesquelles ils ont dû voler mettent en lumière tout le courage des pionniers de l’aviation dans le Grand Nord et l’Ouest affirme Stéphane Guevremont.