•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le « Petit Chicago » de l'Alberta, disparu, mais pas oublié

La croisée, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 4 août 2021

Le « Petit Chicago » de l'Alberta, disparu, mais pas oublié

Le « Petit Chicago » de l'Alberta, disparu, mais pas oublié

Une ancienne photo d'une petite ville vue de loin.
Le « Petit Chicago » de l'Alberta, traversé par la Route 22, en regardant les contreforts des Rocheuses vers le nord-ouest, en 1940.PHOTO : Archives du Musée Glenbow à Calgary, photo # NA-4344-30
La croisée, ICI Première.
La croiséePublié le 4 août 2021

Il ne reste qu'un petit monument historique à l'endroit où se trouvait autrefois Little Chicago, mais il mérite une visite pour se rappeler d'un pan important de l'histoire albertaine, explique l'historien Stéphane Guevremont.

Le « Petit Chicago » de l'Alberta fait partie des nombreuses villes albertaines apparues presque du jour au lendemain en raison de l'exploitation pétrolière et gazière au milieu du 20e siècle.

La communauté située dans le sud de l'Alberta, entre les villes actuelles de Black Diamond et Longview, a existé entre 1934 et 1969.

C'est le prospecteur R. A. « Bobby » Brown qui a donné naissance à la ville en décidant d'y chercher du pétrole. Après des années de recherches ambitieuses qui l'ont amené à creuser à plus de deux kilomètres de profondeur, il découvre finalement du pétrole en 1936.

La découverte déclenche une petite ruée vers l'or noir et un millier de résidents s'y installent en quelques années seulement.

Le « Petit Chicago » grandit trop rapidement sans aucune planification urbaine. Une école, un centre communautaire, une salle de cinéma, de petits hôtels, 16 cafés et casse-croûtes, trois épiceries, un salon de beauté, un comptoir postal de la Baie d'Hudson et des résidences familiales sont construits à toute vitesse.

À l'époque de la Grande Dépression, la vie était bonne dans le « Petit Chicago ».

Le « Petit Chicago » était presque une réplique des villes frontières de l'Ouest ou des westerns d'antan, affirme Stéphane Guevremont. Les routes étaient en terre battue avec quelques trottoirs en bois et les infrastructures construites simplement en bois et en tôle de métal avec des matériaux peu dispendieux. Ce n'est qu'au gré des années que des bâtiments plus solides y ont été érigés.

La vie n'était pas toujours facile sur le territoire de la communauté avec les accidents de travail et les explosions fréquentes, mais les habitants avaient aussi accès à du gaz naturel bon marché. La communauté était tellement bien chauffée que les oiseaux migrateurs choisissaient parfois d'y passer l'hiver.

Stéphane Guevremont souligne qu'on ne sait pas pourquoi la communauté a été baptisée « Petit Chicago ». Plusieurs hypothèses ont été soulevées, mais son nom demeure un mystère.

Il suggère de visiter le parc historique, avec drapeaux, stèle, panneaux d'interprétation et images d'époque qui se trouve maintenant entre Black Diamond et Longview pour que personne n'oublie le « Petit Chicago » albertain.

Une photo d'époque d'une rue avec de petits bâtiments en bois.

La rue principale du « Petit Chicago » de l'Alberta, aujourd'hui la Route 22, en regardant vers le sud, en mai 1938.

Archives provinciales de l'Alberta à Edmonton, photo # P.1946