•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La croisée, ICI Première.
La croisée, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 13 mai 2021

Chronique musique africaine  :  le raï algérien

Le raï algérien, fierté musicale du Maghreb

Publié le 13 mai 2021
Des instruments de musique africaine.
Le raï algérien est devenu un style mondialement connu grâce à des vedettes comme Khaled, Faudel et Cheb Mami. PHOTO : Radio-Canada

Des bas-fonds du nord-ouest de l'Algérie jusqu'aux palmarès aux quatre coins de la planète, le raï algérien a connu un succès extraordinaire qui en fait la fierté du Maghreb. Didier Gbetie nous plonge dans l'histoire de ce style de musique emblématique.

Le style raï est né dans la région d'Oranie, dans le nord-ouest de l'Algérie dans les années 1920. Il émerge de la révolte des jeunes paysans analphabètes contre les vieux poètes conservateurs.

« Ya raï » signifie « va, dis! », une interjection pour relancer l'inspiration des artistes dans les fêtes rituelles.

Les musiciens raï, appelés « chebs » pour les hommes et « chebas » pour les femmes, utilisent des mots crus pour raconter interdits, alcool, amour et tristesse. Les autorités ont alors vite fait de décréter le style interdit en Algérie, ce qui ne ralentit pas pour autant son évolution.

En effet, malgré l'interdiction, le raï connaît un succès fulgurant à partir des années 1960 alors que le style commence à se moderniser. Les chebs et chebas ajoutent aux instruments traditionnels des instruments modernes comme la guitare électrique, le violon ou l'accordéon.

Dans les années 1980, le raï devient en quelque sorte la musique nationale de l’Algérie avec des artistes comme Khaled et Cheb Mami.

Le style devient une sensation internationale grâce aux immigrants algériens en Europe. Le raï s’installe dorénavant dans les quartiers à majorité maghrébine où les artistes s’exhibent dans les cabarets parisiens ou marseillais.

En 1992, Khaled, surnommé « le roi du raï » atteint les palmarès en France avec le morceau Didi. Il sort ensuite Aïcha, chanson écrite par Jean-Jacques Goldman et chantée en français.

Le style engendre de nombreux sous-genres, dont le raï trab, le pop raï, le raï love, le raï électrique ainsi qu'un dérivé, le raï'n'B, apparu aux débuts des années 2000, qui est un métissage du raï algérien et du RnB français.