•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La croisée, ICI Première.
La croisée, ICI Première.
Rattrapage du mardi 30 juin 2020

La vie en rose  :  récit d’un succès immortel

La vie en rose : récit d’un succès immortel

Publié le 2 juillet 2020
La chanteuse Édith Piaf, en performance, les mains tendues de chaque côté de son corps.
Nombreux sont ceux qui considèrent Édith Piaf comme la plus grande interprète féminine de la chanson française.PHOTO : Radio-Canada / André Le Coz

Écrite en 1945, La vie en rose a été utilisée dans une cinquantaine de films et reprise par d'innombrables interprètes. Encore aujourd'hui, elle demeure parmi les 10 chansons qui génèrent le plus d'argent en droits d'auteurs en France. Pourtant peu de gens, incluant Édith Piaf, étaient enthousiastes par rapport à cette chanson qui a connu un succès planétaire, explique la musicologue Natalie Boisvert, affiliée à l'Université de l'Alberta et à l'Orchestre symphonique d'Edmonton.

À l'époque, Édith Piaf ne pouvait pas obtenir des droits d'auteurs pour la composition de ses chansons puisqu'elle avait appris son métier de façon informelle et ne pouvait pas passer l'examen exigé par l'organisme responsable des droits d'auteurs. Elle devait donc collaborer avec d'autres auteurs pour signer ses chansons, explique Natalie Boisvert.

Pour La vie en rose, il était difficile de trouver des collaborateurs qui voulaient s'associer à la chanson. La compositrice Marguerite Monnot l'avait qualifiée de niaiserie.

Édit Piaf avait en fait écrit la chanson pour son amie Marianne Michel. Devant le succès phénoménal qu'elle a rapidement connu, Édith Piaf a toutefois repris sa chanson. Le succès de la chanson tient beaucoup à sa mélodie parfaitement construite qui est à la fois attachante et inoubliable, affirme la musicologue Natalie Boisvert.

En 75 ans, elle a été traduite en de nombreuses langues si bien que la mélodie semble avoir sa propre vie, au-delà du texte français.