•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Débat sur l'interdiction de la circoncision : Explications de D. B.-Vaudrin

L'heure du monde, ICI Première.
Audio fil du jeudi 7 juin 2018

Débat sur l'interdiction de la circoncision : Explications de D. B.-Vaudrin

Interdire la circoncision, une proposition controversée

Environ 20 % des enfants vivent avec des douleurs chroniques.
Selon l'Agence de la santé publique du Canada, le taux de circoncision est passé de 50% dans les années 1970 à environ 30% en 2009.PHOTO : iStock
L'heure du monde, ICI Première.
L'heure du mondePublié le 7 juin 2018

Rituel incontournable dans deux des trois grandes religions monothéistes, la circoncision est une pratique controversée, parce qu'elle altère de manière irréversible le corps d'enfants qui ne sont pas en âge de donner leur consentement. Dominique Brunet-Vaudrin revient sur le débat soulevé récemment en Islande et au Danemark par la proposition d'interdire cette intervention ches les mineurs.

Selon le professeur d’histoire des religions Yakov Rabkin, l’interdiction de la circoncision représente un obstacle majeur à la pratique du judaïsme et de l’islam, puisque celle-ci est un symbole de l’alliance des hommes avec Dieu. Pas question, donc, pour les pratiquants d’accepter une telle contrainte à leurs pratiques religieuses. L’intervention chirurgicale mineure pourrait donc être réalisée dans la clandestinité ou à l’extérieur du Danemark, dans l’éventualité où elle deviendrait illégale.

« Surtout avec des frontières assez perméables, les juifs et musulmans danois pourront toujours se rendre en Suède pour faire la circoncision et retourner [dans leur pays]. »

—  Yakov Rabkin, professeur d’histoire à l’Université de Montréal

Même si le projet a été abandonné pour le moment en Islande et que l’initiative mise de l’avant par l’association Intact Danemark ne risque pas d’être adoptée en raison d’un manque d’endossement politique, l’initiative n’a pas manqué de provoquer une levée des boucliers dans les rangs des communautés juives et musulmanes.