•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Quand violence conjugale rime avec itinérance cachée

Une femme se cache le visage avec sa main.
La vulnérabilité des femmes violentées a grandement été accentuée avec la pandémie.PHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers
L'heure du monde sur ICI Première.
L'heure du mondePublié le 17 mars 2021

Une étude panquébécoise qui vient d'être rendue publique met en lumière les liens entre la violence vécue par bien des femmes dans leur parcours de vie et une forme d'itinérance moins visible et moins connue que l'itinérance de rue. Dans la foulée de ce rapport, des intervenants du milieu communautaire demandent au gouvernement d'agir et d'améliorer le réseau d'hébergement d'urgence et de longue durée pour ces femmes ainsi que d'investir dans le logement social. La situation est d'autant plus urgente, selon eux, que la vulnérabilité des femmes violentées a été grandement accentuée en ce temps de pandémie. Le reportage de la journaliste Fannie Bussières McNicoll.