•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Changer de sexe sans l'accord de ses parents : Suivi avec D. Arnoldi

L'heure du monde sur ICI Première.
Rattrapage du 13 nov. 2020 : Changer de sexe sans l’accord des parents

Changer de sexe sans l'accord de ses parents : Suivi avec D. Arnoldi

Quel âge pour changer de sexe? 

Une personne brandit une pancarte où il est écrit que « les droits des transgenres sont des droits de la personne ».
L'association mondiale des professionnels en santé transgenre recommande d'attendre au moins l'âge de 18 ans pour procéder à des chirurgies de transition.PHOTO : Reuters / Carlo Allegri
L'heure du monde sur ICI Première.
L'heure du mondePublié le 14 novembre 2020

Un jugement de la Cour suprême de la Colombie-Britannique crée des remous dans la communauté des transgenres de la province. La mère d'une adolescente de 17 ans qui souhaite devenir un jeune homme a obtenu de la Cour une injonction lui permettant de retarder l'opération de changement de sexe de son enfant. La journaliste Dominique Arnoldi a suivi le dossier.

L’histoire est celle d’un adolescent de 17 ans, de sexe féminin à la naissance, qui a commencé sa transition sexuelle par un traitement hormonal en juillet. Il avait également planifié une double mastectomie début novembre. L’injonction imposée par la Cour suprême de la Colombie-Britannique interdit au chirurgien de procéder à l’opération avant le 27 novembre, le temps que la mère, qui n’a pas été consultée par les médecins de son enfant, puisse examiner les protocoles. Elle craint que celui-ci ne regrette sa décision plus tard.

« Cette décision est une erreur qui va affecter des milliers de personnes. Si la Cour ne se met pas du côté de l’enfant, je crois qu’on va retourner en arrière avec nos droits. »

— Une citation de  Sandra Laframboise, transgenre et militante pour les droits des transgenres en Colombie-Britannique.

Le jugement de la Cour est assez inhabituel, car en Colombie-Britannique, la loi permet à tout adolescent de 16 ans et plus de choisir son traitement sans la permission de ses parents.