•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La première utilisation de la peinture à l’encaustique dans un film

Une peinture du visage d'un homme
Un tableau du film Physique de la tristesse représentant le réalisateur, Theodore Ushev PHOTO : Radio-Canada / Dorothée Giroux
Publié le 7 décembre 2019

Le court métrage Physique de la tristesse se démarque par sa technique d'animation. C'est la première fois que l'encaustique, une ancienne technique de peinture à la cire, est utilisée pour des tableaux animés. Le réalisateur Theodore Ushev a dû en peindre plus de 1500 pour son film, qui lui a valu plusieurs prix et une qualification aux Oscars. Voici le compte rendu de la journaliste Dorothée Giroux.

« Cela vient des Égyptiens. Ils ont fait les premiers portraits des pharaons qui sont mis sur les sarcophages avec cette technique-là. C'est une technique de peinture qui utilise des couleurs délayées dans de la cire fondue. [...] Comme la cire sèche très vite, c’est le mouvement qui reste et qui est essentiel pour le cinéma d'animation. »

— Une citation de  Theodore Ushev, cinéaste d'animation

Le film en partie autobiographique présente la vie d'un homme naviguant à travers ses souvenirs de jeunesse dans la Bulgarie communiste et sa quête d'une nouvelle existence au Canada. La narration française est faite par Xavier Dolan et son père, Manuel Tadros. En anglais, c’est l’acteur Donald Sutherland et son fils Rossif qui ont prêté leur voix à l’histoire.

Le court métrage d’animation Physique de la tristesse est présenté à l’occasion des Sommets du cinéma d'animation (Nouvelle fenêtre), un événement qui se tient à Montréal jusqu'au 8 décembre.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser