•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'heure du monde, ICI Première.
L'heure du monde, ICI Première.
Audio fil du vendredi 4 août 2017

Monsanto poursuivie par des victimes de son glyphosate

Monsanto Papers : le Roundup au banc des accusés

Publié le 4 août 2017
Traitement de légumes aux pesticides
Traitement de légumes aux pesticidesPHOTO : iStock

Le glyphosate, aussi connu sous le nom de Roundup, est le pesticide le plus répandu au Canada et ailleurs dans le monde. Pourtant, il ne fait pas partie de la liste des pesticides à l'étude lors des consultations menées par Québec actuellement sur la toxicité de certains pesticides. Alexandra Szacka en parle avec Claire Bolduc, ex-présidente de l'Ordre des agronomes du Québec et de Solidarité rurale du Québec ainsi que membre du conseil d'administration de Slow Food International.

Le glyphosate, mieux connu sous son nom commercial de Roundup, est le produit vedette de la multinationale Monsanto. L'entreprise serait au courant depuis des années que son produit peut causer le cancer. Or, des documents surnommés « Monsanto Papers » ont été rendus publics à l'occasion d'un recours collectif intenté en Californie par des centaines de travailleurs agricoles touchés par une leucémie qu'ils prétendent causée par le glyphosate. Ces documents démontreraient que le géant de la biotechnologie agricole fait des pieds et des mains pour que la toxicité du glyphosate ne soit pas ébruitée.

« Les Monsanto Papers démontrent très bien avec quelle énergie [Monsanto] a cherché à empêcher la publication de l'information appropriée, quelles tactiques de collusion elle a utilisées pour s'associer à des publications scientifiques qui acceptaient de taire les études qui révélaient la toxicité du Roundup. »

—  Claire Bolduc, ex-présidente de l'Ordre des agronomes du Québec

Le Canada a reconduit son homologation du glyphosate pour les 14 prochaines années.