•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Urbanisation et zones inondables : Entrevue avec Isabelle Thomas

L'heure du monde, ICI Première.
Audio fil du mardi 9 mai 2017

Urbanisation et zones inondables : Entrevue avec Isabelle Thomas

Inondations au Québec : une occasion de réfléchir sur notre occupation du territoire

L'eau commence lentement à se retirer de la rue Cousineau dans Ahuntsic-Cartierville.
L'eau commence lentement à se retirer de la rue Cousineau dans Ahuntsic-Cartierville.PHOTO : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana
L'heure du monde, ICI Première.
L'heure du mondePublié le 10 mai 2017

Pour Isabelle Thomas, professeure à l'École d'urbanisme et d'architecture de paysage de l'Université de Montréal, les inondations inédites qui frappent actuellement la province démontrent que l'on doit repenser nos modes d'urbanisation. Reconstruire à l'identique serait dans certains cas un non-sens. Il faut plutôt revoir nos façons de faire, pour immuniser le territoire et les infrastructures contre les risques d'inondation. La seule façon selon elle d'éviter de subir à nouveau les mêmes conséquences.

Élever le plancher des bâtiments, développer des matériaux résistants aux inondations, revoir la gestion des cours d'eau à l'aide d'infrastructures vertes et redévelopper certains milieux humides, voilà quelques pistes de solutions avancées par la spécialiste.

« Il va vraiment falloir travailler avec le citoyen sur sa perception du risque. »

—  Isabelle Thomas, professeure à l'École d'urbanisme et d'architecture de paysage de l'Université de Montréal

Isabelle Thomas note également qu'il faudra conscientiser la population aux risques des inondations. Plusieurs personnes habitent en zones inondables sans le savoir. C'est pour cette raison que les municipalités doivent réaliser des diagnostics de vulnérabilité pour identifier les zones qui sont à risque et les populations qui les habitent.