•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le statut de réfugié climatique : Entrevue avec François Gémenne

L'heure du monde, ICI Première.
Rattrapage du 20 janv. 2020 : Évolution du nouveau coronavirus en Chine et drogues à Shefferville

Le statut de réfugié climatique : Entrevue avec François Gémenne

Quel statut pour les réfugiés climatiques?

L'enfant joue dans le sable près de sa maison, qui est construite à côté de l'eau et entourée d'un muret de pierre.
Un enfant joue sur la plage près de sa maison dans le village de Taborio, à Kiribati, dans l'océan Pacifique. Avec la hausse du niveau des océans, on craint que le pays soit inhabitable d'ici 60 ans. PHOTO : Reuters / David Gray
L'heure du monde, ICI Première.
L'heure du mondePublié le 21 janvier 2020

Le concept de « réfugié climatique » n'est pas reconnu par la Convention de Genève de 1951. Or, pour la première fois, le Comité des droits de l'homme de l'ONU a précisé que de retourner des demandeurs d'asile dans leur pays d'origine alors que leur vie est menacée par la crise climatique « pourrait exposer ces personnes à une atteinte à leurs droits », et on entend ici leur droit à la vie. Quelle est la portée de cette décision? Entrevue avec François Gemenne, directeur de l'observatoire Hugo sur les migrations, l'environnement et les relations internationales à l'Université de Liège et membre du GIEC.

Si cet avis de l’ONU est important, il n’est pas contraignant et il est déjà appliqué dans les faits par certains gouvernements, comme cela a été le cas après le tremblement de terre en Haïti, par exemple. Le problème avec les changements climatiques est que bien qu’ils soient irréversibles, ils sont très lents. Le caractère immédiat d’une menace à fuir ne s’applique donc pas.

« Ma crainte, si l'on présente systématiquement les choses comme un risque futur ingérable, c’est que plutôt que de traiter de la situation d’émigration, les États ont tendance à renforcer le contrôle à leurs frontières et à avoir des politiques de plus en plus restrictives. Et que, finalement, ça alimente un sentiment xénophobe. Donc, mon message c’est : nous avons les moyens dès à présent d'organiser et de gérer ces déplacements. C’est uniquement si nous attendons au dernier moment que ça va devenir ingérable. »

—  François Gemenne

Mais combien de réfugiés climatiques doit-on prévoir? Sera-t-on en mesure de gérer l'ampleur de la crise à venir?

« Tout va dépendre des mesures que l’on va mettre en place aujourd'hui : à la fois pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, mais également pour permettre l’adaptation dans les zones du monde qui seront touchées par les impacts des changements climatiques. Ça pourra aller de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions, ça va dépendre de ce qu’on va faire maintenant. »

—  François Gemenne