•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L’impact économique du coronavirus : Le point avec Philippe Antoine Saulnier

L'heure du monde, ICI Première.
Rattrapage du 31 janv. 2020 : Les effets du coronavirus et la fin du procès de Donald Trump

L’impact économique du coronavirus : Le point avec Philippe Antoine Saulnier

Les conséquences économiques du coronavirus

Des pilotes chinois portent des masques recouvrant leur bouche et leur nez.
Le coronavirus a fait plus de 100 morts en Chine en date de mardi. PHOTO : Reuters / Jennifer Gauthier
L'heure du monde, ICI Première.
L'heure du mondePublié le 1 février 2020

Les répercussions économiques du coronavirus à l'échelle internationale se font de plus en plus sentir. La Bourse de New York a connu sa pire semaine en six mois, sur fond d'inquiétude au sujet de l'épidémie. Plus de détails sur la situation avec notre journaliste à l'économie Philippe-Antoine Saulnier.

Les vols d'Air Canada vers la Chine ont été suspendus jusqu'au 29 février, ce qui représente 33 vols par semaine. De nombreuses entreprises qui ont des liens commerciaux avec la Chine et le reste de l'Asie risquent donc d'en subir les conséquences. C'est le cas de Triotech, une entreprise de Joliette qui conçoit des attractions interactives pour les parcs thématiques, dont le tiers des ventes sont réalisées en Asie.

« J'ai une quinzaine de personnes basées au Canada qui voyagent en Asie et qui installent nos attractions. En ce moment, il n'y a même plus de vol d'Air Canada vers Pékin ou Shanghai. Nous sommes obligés d'arrêter l'installation, donc tout va être retardé. [...] Il y a des entreprises qui vont sûrement mettre des gens à pied, car les projets n'avancent pas. Donc, c'est sûr qu'il y a des effets négatifs. »

—  Ernest Yale, président fondateur de Triotech

En Chine, 14 provinces, qui représentent les deux tiers de l'économie chinoise, vont demeurer à l'arrêt ou presque toute la semaine prochaine. La Chine représente aujourd'hui 17 % de l'économie mondiale, alors que, lors de la crise du SRAS en 2003, elle n'en représentait que 4 %. L'économie américaine pourrait également voir sa croissance ralentir de près d'un demi-point de pourcentage au premier trimestre, selon Goldman Sachs.