•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le monde de l'emploi :  le placement des nouveaux arrivants

L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
Audio fil du lundi 9 avril 2018

Le monde de l'emploi :  le placement des nouveaux arrivants

Être immigrant en Ontario et trouver un premier emploi : pas toujours facile!

Valérie dans les locaux de Radio-Canada à Toronto
Valérie Sniadoch, consultante en stratégie d'emploi et d'immigrationPHOTO : Radio-Canada / Alain-Julien Godbout
L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
L'heure de pointe Toronto/WindsorPublié le 10 avril 2018

Valérie Sniadoch est consultante en stratégie d'emploi et d'immigration. Même si des programmes gouvernementaux existent pour mieux préparer les immigrants à leur arrivée au pays, elle constate que plusieurs nouveaux arrivants ont des surprises lorsqu'ils qu'ils tentent de trouver un emploi.

« Il faut savoir que 80 % des emplois disponibles en Ontario ne sont pas affichés. Ces chiffres nous permettent de mettre en relief l'importance du réseautage dans la quête d'un travail. C'est donc important, dès l'arrivée au pays, de rencontrer des gens dans son domaine. »

—  Valérie Sniadoch, consultante en stratégie d'emploi et d'immigration

Sous-estimer la langue anglaise

Parmi les plus grandes surprises qui attendent les nouveaux immigrants, on retrouve la question de la langue.

Plusieurs ont sous-estimé l'importance de pouvoir travailler dans la langue anglaise. Aussi, la reconnaissance des diplômes est souvent un obstacle. Une certaine connaissance du milieu du travail au Canada est aussi un atout.

Madame Sniadoch explique que dans certaines provinces, comme le Québec par exemple, il y a des plans mis en place pour favoriser et accélérer la reconnaissance des médecins et des infirmières.

Chaque ordre professionnel décide de ces propres règles. Ce n'est pas le gouvernement. C'est pour ça que c'est compliqué, ajoute-t-elle. C'est un combat qui existe depuis des années.

Pour Valérie Sniadoch, il faudrait pouvoir informer les gens avant qu'ils arrivent et qu'ils fassent le nécessaire avant d'arriver au Canada. Par exemple, apprendre la langue anglaise, s'informer davantage sur des métiers parallèles, afin qu'une fois établis ici, les choses aillent plus rapidement.

Préparer les nouveaux immigrants avant de partir pour le Canada

Les différents paliers gouvernementaux veulent faire augmenter le nombre d'immigrants économiques au Canada dans les prochaines années.

Valérie Sniadoch croit en l'importance des programmes prédéparts afin de mieux préparer les nouveaux arrivants à la réalité du travail en Ontario.

Par l'entremise de ces programmes, les immigrants reçoivent de la formation pour la rédaction de leur CV ou pour comment se préparer à une entrevue d'embauche en tenant compte de la culture canadienne.

S'ils ont besoin d'une équivalence, ils peuvent avoir l'aide avant de déménager. Les services prédéparts sont donc essentiels pour une insertion réussie, selon elle.

Il existe aussi les demandes d'entrée par l'entremise du programme « entrée express ». Des organismes peuvent aider à donner les équivalences, mais la reconnaissance des diplômes varie selon les ordres professionnels et la profession.