•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 11 mars 2021

La série de photos de passants masqués du photographe Paul Perrier

The Mask Series du photographe Paul Perrier : un an de photos de Torontois masqués

Publié le 11 mars 2021
Collage de huit portraits de passants masqués photographiés par Paul Perrier.
Le photographe torontois Paul Perrier a photographié plus de 500 passants masqués pendant cette année de pandémie.PHOTO : Avec l'aimable autorisation de Paul Perrier

Le photographe torontois, Paul Perrier a passé la dernière année à tirer le portrait de gens de la rue, à Toronto. Cette série, intitulée The Mask Series est constituée de portraits de gens qui portent des masques.

Paul Perrier avait commencé une série de portraits intitulée The Wall, photographiant les gens devant un mur, quand la pandémie a frappé et que les passants commençaient à porter des masques. D’où l’idée de jouer sur ce nouvel élément de notre apparence.

Le photographe a commencé à publier sur son compte Instagram le premier portrait masqué le 18 mars 2020 avec le commentaire J’espère que cette série s’arrêtera bientôt.

Un an plus tard, ce sont près de 500 portraits masqués de passants dans les rues de Toronto. Paul Perrier souhaitait avant tout s'occuper pendant le confinement. Tous les jours, il prenait son vélo et partait dans les rues de la Ville Reine, photographier les gens. Au début, remarque-t-il, le masque était clinique, puis c’est devenu un accessoire assorti aux vêtements ou à l’humeur, un élément de la personnalité de celui qui le porte.

Beaucoup de gens avaient peur quand Paul Perrier les interpellait à distance en demandant Hé tu veux faire une photo? Il a essuyé plus de refus que d’accords, mais à chaque fois qu'il a pu faire une photo, c’était une belle rencontre!

Le photographe a appris en un an à lire dans les yeux des gens leur humeur du moment. Toutes ces photos lui ont apporté un contact avec les gens, ce qui l'a aidé à continuer à faire son métier et à partager des moments à distance avec des inconnus dont il ne voyait que la moitié du visage!

Il compte publier un livre regroupant ces photos et partir ensuite à travers le pays, à vélo, pour une autre série de portraits typiquement canadiens!