•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 24 février 2021

Les enjeux éthiques autour du certificat de vaccination contre la covid-19

Les enjeux éthiques autour du certificat de vaccination contre la COVID-19

Publié le 25 février 2021
Un liquide sort de la seringue tenue par un infirmier.
Un travailleur de la santé prépare une dose du vaccin contre la COVID-19 le 4 février 2021 à Netivot, Israël.PHOTO : Reuters / Amir Cohen

Montrer une preuve de vaccination pour aller au restaurant, au cinéma ou dans un concert, c'est la philosophie derrière le projet controversé de passeport vert d'Israël, le pays devenu champion mondial de la vaccination contre la COVID-19.

Le certificat de vaccination, qui serait essentiel pour retrouver un mode de vie normal pendant la pandémie, a provoqué de vives réactions un peu partout dans le monde.

La professeure de bioéthique à l’Université de Montréal, Vardit Ravitsky, estime qu’il faut faire preuve de nuance dans un débat qui est devenu hautement polarisé.

Mme Ravitsky prône l'usage responsable et très limité d’un tel certificat.

D'après elle, l’utilisation de ce document pourrait être justifiée dans les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée, mais son usage à grande échelle, dans les commerces, pour des événements ou pour le voyage c’est éthiquement dangereux et ça ouvre la porte à la discrimination.

L'idée d'un passeport d'immunité avait été évoquée en Ontario, avant que la province n'entame sa campagne de vaccination. Le gouvernement s’est depuis rétracté.

L'Association canadienne des libertés civiles avait d'ailleurs jugé la mesure inconstitutionnelle.